Tout sur active

La surveillance active (SA) est devenue un mot de passe en oncologie et est déjà utilisée dans la pratique clinique pour le cancer de la prostate à faible risque et dans les essais cliniques pour le cancer de la thyroïde à faible risque. Elle a également été envisagée pour le carcinome canalaire in situ du cancer du sein (CCIS). Si la SA est souhaitable dans ces trois cancers en raison du risque d'un surtraitement et d'un surcoût pour le système de santé, elle se heurte à au moins cinq obstacles.