...

Les chercheurs ont analysé les données de dépistage par CT scan de 57496 participants à l'International Early Lung Cancer Program (I-ELCAP). Un nodule non solide était défini comme un nodule qui ne masque pas le parenchyme pulmonaire sous-jacent et dans lequel les seules composantes solides sont le sang et les vaisseaux. Un nodule non solide a été considéré comme ayant " grandi " s'il a augmenté de volume ou développé des composantes solides. Au premier CT scan, un nodule non solide a été identifié chez 2392 participants (4,2%) et un diagnostic d'adénocarcinome a été posé dans 73 cas. Un nouveau nodule non solide a été identifié ensuite chez 485 des participants (0,7%) et 11 adénocarcinomes de stade I ont été diagnostiqués. Les nodules non solides ont disparus ou ont diminué plus souvent dans les CT répétés annuellement que dans le premier CT de référence (322 [66%] de 485 vs 628 [26%] de 2392, P <0,0001). Le traitement des cas de cancer du poumon consista en une lobectomie chez 55 patients, une bilobectomie chez 2, une résection infra lobaire chez 26, et de la radiothérapie chez 1. Le délai médian de traitement fut de 19 mois (intervalle interquartile [IQR] = 6-41 mois). Une composante solide s'était développée dans 22 cas avant le traitement (le temps de transition médian de non solide à partiellement solide fut de 25 mois). Le taux de survie au cancer du poumon fut de 100%, avec un suivi médian depuis le diagnostic de 78 mois (IQR = 45-122 mois).