...

Parmi les 10.280 patients atteints d'un CRC et les 102.800 sujets contrôles de cette étude, les odds ratios ajustés (OR) pour un cancer colorectal associé à la prise d'au moins deux prescriptions d'aspirine à faible dose et de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens hors aspirine étaient 1,03 (intervalle de confiance à 95% [IC] = 0,98 à 1,09) et 0,94 (IC 95% = de 0,90 à 0,98), respectivement. L'utilisation à long terme en continu (? 5 ans) d'aspirine à faible dose a été associée à une réduction de 27% du risque de cancer colorectal (OR = 0,73, IC à 95% = 0,54 à 0,99), alors que le rapport des cotes globales pour l'utilisation cumulative à long (continue ou non) était proche de l'unité. En outre, 5 ans ou plus d'utilisation continue de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens était associée à une réduction de 30% à 45% du risque de cancer colorectal. Les COX-2 entrainaient les plus grandes réductions de risque. (OR = 0,57; IC à 95% = 0,44 à 0,74). L'utilisation de l'aspirine et d'AINS pour la prévention du cancer colorectal est limitée par le risque de saignement gastro-intestinal, et, pour les AINS les risques cardio-vasculaires. Ces effets secondaires potentiels doivent être mis en balance avec les avantages de chémoprévention concluent les auteurs de l'étude.