...

La plupart des patients en situation d'attente de soins dans un service d'urgences de soins sont nerveux et tendus et cela peut exacerber leur douleur. "Compte tenu des délais d'attente souvent élevés dans les services des urgences, les chiens ont un rôle thérapeutique important à jouer pour réconforter les patients en situation de détresse et de douleur," constate le Pr Colleen Dell. "Il est bien connu qu'interagir avec les animaux peut aider les humains à se calmer et à se détendre."La littérature scientifique démontre en effet de plus en plus qu'un contact avec un chien de thérapie peut être bénéfique pour la santé humaine. Une telle interaction permet de réduire l'anxiété, de ralentir le rythme cardiaque, de baisser la pression artérielle et d'augmenter la production de dopamine, un neurotransmetteur qui réduit le cortisol, l'hormone du stress.Une nouvelle étude abonde dans le même sens. Elle a été menée au Royal University Hospital (RUH) de Saskatoon, situé sur le campus de l'Université de la province de Saskatchewan. Il s'agit du premier hôpital canadien à ouvrir les portes de son service des urgences à des chiens "thérapeutiques" afin d'améliorer l'expérience des patients en attente de soins.Une équipe, composée de cliniciens, de chercheurs, de maîtres-chiens soignants et de défenseurs des droits des patients a suivi 124 volontaires souffrant de troubles cardiaques, de fractures, de problèmes psychiatriques ou de douleurs chroniques et qui ont passé entre dix et trente minutes avec Murphy, un chien thérapeute certifié, âgé de quatre ans, et son maître, dans un cubicule isolé. Les sujets ont rempli des questionnaires sur leur bien-être et leurs sentiments avant et après leur rencontre avec l'épagneul springer.Les analyses quantitatives et qualitatives des données ont révélé une réduction du niveau de détresse des patients, une amélioration notable de leur humeur et une augmentation de leur niveau de confort perçu après l'interaction avec Murphy et cela quelle que soit la durée de l'attente, ne serait-ce donc que dix minutes. Les patients ont déclaré se sentir plus sereins, plus heureux et moins stressés en attendant leurs soins et ils ont considéré leur rencontre avec le chien comme une distraction bienvenue par rapport à l'environnement stressant des urgences.Plus précisément, 80% des participants ont rapporté se sentir plus calmes après la visite, 66% ont caressé ou cajolé Murphy et 25% ont fait part de la complicité du chien. Un patient a massé le chien, certains se sont blottis contre lui ou l'ont laissé mettre sa tête sur leur poitrine.Jane Smith, la responsable de Murphy, a par ailleurs déclaré qu'il était clair que le chien de thérapie aimait rencontrer les patients et parfois ne voulait pas les quitter. "Lorsque Murphy entre à l'urgence, l'humeur change rapidement. Vous pouvez voir les patients, les médecins et le personnel sourire, même avant qu'il ne rende visite à qui que ce soit. Pendant les visites, il regarde les patients avec de grands yeux bruns, et il s'installe pour profiter des câlins. Parfois, il a besoin d'encouragements supplémentaires pour partir et il est même difficile de dire qui aime le plus la visite..."(référence : Patient Experience Journal, mai 2019, DOI : 10.35680/2372-0247.1306)https://pxjournal.org/journal/vol6/iss1/14/