...

Ayant constaté le manque de recherche concernant les effets des contraceptifs oraux sur l'hypothalamus, le Pr Michael L. Lipton et ses collègues ont recruté un groupe de 50 femmes en bonne santé. Parmi elles, 21 prenaient des contraceptifs oraux. Toutes les participantes ont passé une IRM cérébrale et une méthode validée a été utilisée pour mesurer leur volume hypothalamique.Cette étude, dont les résultats ont été présentés lors du congrès annuel de la Radiological Society of North America (RSNA), a permis de découvrir une nouvelle conséquence de la prise de la pilule contraceptive sur le corps des femmes : la réduction du volume de l'hypothalamus. Les auteurs évoquent une "différence spectaculaire"."Cette étude préliminaire montre une forte association et devrait motiver une enquête plus approfondie sur les effets des contraceptifs oraux sur la structure du cerveau et leur impact potentiel sur la fonction cérébrale," soutient le Pr Lipton qui met aussi en exergue une corrélation entre d'une part un volume réduit de l'hypothalamus et d'autre part une humeur colérique et des symptômes dépressifs plus importants.La prudence est toutefois de mise. Outre le fait que ce travail repose sur un faible échantillon, les neurologues américains constatent une simple corrélation. Autrement dit, les modifications observées n'induisent pas nécessairement un dysfonctionnement cérébral. D'ailleurs, les résultats de l'étude n'ont indiqué aucun lien significatif entre le volume de l'hypothalamus et les performances cognitives.(référence : Radiological Society of North America, Press Release, 4 décembre 2019)http://press.rsna.org/timssnet/media/pressreleases/14_pr_target.cfm?ID=2136