...

Les chercheurs ont traité les données de 1 442 paires mère-enfant participant à la Boston Birth Cohort, une vaste étude observationnelle. Les paires mère-enfant ont été recrutées à la naissance, du 27 octobre 2012 au 10 octobre 2013 et ont fait l'objet d'un suivi prospectif.Les taux de plomb dans les globules rouges et les taux plasmatiques de folate ont été mesurés dans des échantillons prélevés 24 à 72 heures après l'accouchement. La concentration de plomb dans le sang total chez l'enfant a été obtenue lors du premier dépistage pédiatrique de cette substance. Le poids des enfants a été évalué périodiquement tout au long de leur enfance. L'analyse montre qu'à un âge moyen de 8,1 ans, les enfants nés de mères en surpoids ou obèses avec des concentrations élevées de plomb dans les globules rouges (≥ 5,0 µg / dL) sont plus de quatre fois plus susceptibles d'être en surpoids ou obèses que les enfants issus de mères n'étant pas en surpoids ou obèses, avec de faibles niveaux de plomb. Parmi les femmes ayant des concentrations élevées de plomb, le risque d'obésité ou d'embonpoint chez l'enfant diminue de 41% si elles présentent un taux adéquat d'acide folique (≥ 20,4 nmol / L) 24 à 72 heures après l'accouchement.Les auteurs notent que si leurs résultats sont confirmés par des études supplémentaires, le dépistage des femmes enceintes pour l'exposition au plomb puis l'offre d'acide folique à celles qui ont des niveaux élevés pourraient réduire le risque de surpoids ou d'obésité de leurs enfants. (référence: JAMA Network Open, septembre 2019, DOI : 10.1001/jamanetworkopen.2019.12343) https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2752083