...

Les chercheurs ont observé par IRM l'organisation des tissus cérébraux de 40 nouveau-nés, 20 jours après la naissance. Ils ont constaté que l'apport maternel en fer est inversement lié avec l'anisotropie fractionnelle (AF) qui permet de mesurer l'organisation des tissus dans le cerveau. Un apport plus élevé en fer alimentaire pendant la grossesse est associé à une plus grande complexité et donc une plus grande maturité de la matière grise corticale. Inversement, un apport faible en fer est associé à une moindre complexité et à plus d'immaturité de la matière grise en développement. En cas de manque, l'étude montre que les nouveau-nés sont exposés à un retard moteur, et à un moins bon développement neurocognitif. Ils auront donc plus de mal à mémoriser, à se concentrer... Enfin, ces résultats soulignent aussi, bien évidemment, toute l'importance de la nutrition maternelle pour le bon développement de l'enfant. Les femmes enceintes doivent tout particulièrement vérifier qu'elles ne sont pas anémiées. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dont les chiffres indiquent que près d'une femme enceinte est en carence de fer, recommande d'ailleurs une supplémentation orale pendant la grossesse.