...

Espèce originaire d'Amérique centrale et du Sud, la Phoneutria nigriventer est communément appelée l'araignée-banane car c'est souvent dans les régimes de ce fruit qu'elle se cache.Cette araignée est le cauchemar des arachnophobes. Sa morsure, très douloureuse, entraîne des oedèmes, une perte de contrôle musculaire, une congestion vasculaire, une paralysie, des dommages aux reins, au foie et au cerveau, ainsi qu'une détresse respiratoire pouvant aller jusqu'à l'asphyxie.Fait intéressant, son venin provoque chez sa victime humaine le priapisme, une érection anormale, douloureuse et qui peut se prolonger durant plusieurs heures. Cette propriété du venin a intéressé des chercheurs brésiliens qui se sont demandé s'il ne serait pas possible d'en extraire une molécule qui pourrait aider les hommes souffrant de problèmes érectiles, en particulier les hypertendus et les diabétiques.En se basant sur une étude de 2015 ayant déjà montré qu'une autre protéine issue du venin d'araignée-banane, la PnTx2-6, permettait une amélioration des érections chez les rats souffrant de lésions du corps caverneux, les scientifiques ont réussi à extraire la molécule PnPP-19, à la synthétiser en la débarrassant de ses effets toxiques et à l'intégrer dans un simple gel à appliquer sur la peau.La molécule agit sur un mode similaire au sildénafil : elle accentue l'effet du monoxyde d'azote, dont la libération favorise le relâchement des muscles lisses du corps caverneux et entraîne un afflux de sang dans le pénis. Mais comme elle s'applique par voie dermique, elle ne cause pas les effets secondaires des pilules orales et ne provoque pas des interactions médicamenteuses. Lors de tests, les chercheurs ont appliqué leur gel sur les organes génitaux de rats et de souris hypertendus et diabétiques. Vingt minutes après, sans aucune stimulation sexuelle, ils ont observé un gonflement du pénis d'une durée d'environ 60 minutes. Aucun effet secondaire indésirable n'a été rapporté mais bien un effet augmenté du sildénafil lorsque ce médicament est combiné avec le PnPP-19. A noter cependant, que seulement 10% de la dose appliquée en gel pénètre dans la peau."La PnPP-19 pourrait constituer une alternative sûre et efficace pour les patients atteints de dysfonction érectile et elle pourrait aider tout particulièrement les diabétiques, les hypertendus mais aussi les femmes atteintes d'une baisse de libido," commente Maria Elena de Lima, qui a piloté la recherche.Des études cliniques sont actuellement en cours sur des volontaires sains pour tester l'efficacité du traitement et ses potentiels effets secondaires sur l'Homme.(référence : Journal of Sexuel Medicine, mars 2019 , DOI : 10.1016/j.jsxm.2019.01.004)