Activité physique et vitamine E contribuent à la réussite scolaire

Des chercheurs saoudiens montrent que, chez des adolescents, la pratique d'une activité physique associée à une alimentation saine et équilibrée incluant de la vitamine E est corrélée à de meilleurs résultats scolaires et à des fonctions exécutives plus performantes.

Un odorat défaillant accroît le risque de mort précoce

Une étude confirme une corrélation entre un odorat défaillant et un risque augmenté de près de 50% de décès au cours des dix prochaines années. Les maladies neurodégénératives et la perte de poids n'expliquent qu'une partie de la mortalité accrue.

Un simple baiser suffirait pour transmettre la gonorrhée

Une étude australienne menée sur des hommes homosexuels et bisexuels montre que, contrairement à une idée largement répandue, la gonorrhée ne se transmet pas uniquement lors de rapports sexuels mais qu'un simple baiser avec la langue peut suffire pour la contracter.

L'horloge biologique tourne aussi pour les hommes

Selon une étude, qui passe en revue 40 années de recherches, au-delà des problèmes de fertilité, une paternité tardive peut également faire courir certains risques pour la santé de la mère et celle de l'enfant.

La langue ne servirait pas qu'à goûter, mais aussi à sentir !

Des chercheurs américains ont découvert au sein des papilles gustatives des récepteurs olfactifs fonctionnels semblables à ceux qui peuvent détecter les odeurs. Les interactions entre les sens de l'odorat et du goût pourraient ainsi commencer sur notre langue et non dans le cerveau, comme on le pensait jusqu'à présent.

Psoriasis et IMC : une relation causale à double sens

Une équipe internationale confirme que les personnes atteintes de psoriasis ont un poids plus élevé que les autres et, à l'inverse, avoir un Indice de Masse Corporelle (IMC) élevé entraîne un risque accru de psoriasis.

L'obésité est dans le pré plutôt qu'en ville !

Une étude d'une ampleur inédite montre que l'obésité augmente plus rapidement dans les zones rurales de la planète que dans les villes. Les chercheurs évoquent plusieurs raisons et invitent à repenser la manière de répondre à ce problème mondial de santé publique.

Syndrome des ovaires polykystiques : un gène mis en cause

Des scientifiques américains ont découvert qu'environ 50% des femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) détiennent certaines variations d'un gène lié à la production de testostérone. Une trouvaille importante pour comprendre le mécanisme en jeu et ouvrir la voie à un traitement de ce syndrome.

Une nouvelle thérapie génique guérit huit "bébés-bulles"

Aux États-Unis, un traitement combinant chimiothérapie et thérapie génique expérimentale avec une version synthétisée VIH a permis de soigner huit enfants atteints d'un déficit immunitaire combiné sévère lié à l'X (X-SCID), un trouble héréditaire rare.

Les bébés allaités risquent moins de devenir obèses

Une nouvelle étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) montre que les bébés qui n'ont jamais été nourris au sein ou qui l'ont été sur un temps très court ont un risque accru de devenir obèse. Elle établit aussi un lien entre la durée de l'allaitement et son caractère protecteur contre l'obésité.

Haut potentiel : drôlement malin

Auteures de " Le haut potentiel en question " (Mardaga, 2017), les psychologues belges Sophie Brasseur et Catherine Cuche plaident pour une perception nuancée du haut potentiel et un accompagnement adapté, mais non systématique.

Du venin d'araignée pour traiter les dysfonctions érectiles ?

Des chercheurs brésiliens sont parvenus à synthétiser une des molécules du venin hautement toxique de l'araignée-banane dont la morsure est connue pour provoquer des érections. Appliquée sous forme de gel sur des rats et des souris diabétiques et hypertendus, cette molécule a donné des résultats préliminaires prometteurs. Contre les troubles de l'érection, elle serait plus efficace que le Viagra et sans effets secondaires.

Prix du généraliste 2019

Pour la dix-huitième année consécutive, le journal du Médecin organise, en partenariat avec la SSM-J, "petite" soeur de la SSMG s'adressant plus spécifiquement aux jeunes MG, le Prix du généraliste, qui vise à faire connaître - et récompenser - les travaux de fin d'études de six jeunes sélectionnés par leurs universités respectives.Deux prix seront attribués aux candidats : le prix décerné par la SSM-J, et le prix des lecteurs pour lequel vous, médecins lecteurs du jdM, élisez le travail qui aura le plus retenu votre attention.