...

Lorsque les cellules cérébrales sont privées d'oxygène, elles meurent immédiatement et ne se régénéreront pas, causant des séquelles lourdement handicapantes. Des séquelles que l'on parvient aujourd'hui à réduire ou à éviter grâce aux traitements innovants que sont la thrombolyse et la thrombectomie. Mais ces interventions ne sont efficaces que si elles sont réalisées le plus tôt possible. Pendant les premières heures, chaque minute compte. " L'AVC est une vraie urgence médicale ", rappelle le Dr Bertrand Lapergue, chef du service de neurologie et de l'unité neurovasculaire de l'hôpital Foch. " Toutes les minutes, la victime perd deux millions de neurones, et chaque demi-heure perdue représente 15% de chance de récupération en moins. "D'où l'importance d'une prise en charge très rapide entre les services de secours (Samu, pompiers) et le personnel médical (infirmières, neurologues, radioneurologues, anesthésistes, chirurgiens...) qui va prendre leur relais dans les centres de soins spécialisés. Jusqu'à présent, il n'y avait pas d'outil opérationnel permettant de créer une réelle synchronisation entre les équipes. C'est désormais chose faite ! " Toutes les équipes avaient constaté un manque de coordination ", rapporte le Dr Lapergue, le coordinateur scientifique du projet. " Entre le moment où le régulateur nous appelle, sur un numéro dédié, pour lancer l'alerte AVC, et le moment où le patient arrive chez nous, je ne sais pas combien de temps va s'écouler. Combien de temps les pompiers vont mettre pour sortir la victime de son domicile, quelle sera la durée du trajet... "Sur la base de ce constat, le neurologue de l'hôpital Foch a donc consacré une année à développer, avec le Dr Caroline Arquizan, neurologue vasculaire au CHU de Montpellier, et des professionnels du numérique, une application pour smartphone : Alert'AVC. Il s'agit d'un dispositif de géolocalisation visant à connaître, à quelques minutes près, l'arrivée du patient dans le centre de soins spécialisés le plus proche, où une équipe se tient prête à le recevoir immédiatement. Alert'AVC permet donc une réduction des délais de diagnostic et de prise en charge. Abritée par un hébergeur sécurisé, l'app est téléchargeable sur iOS ou Android et elle répond à un système d'authentification très précis afin que personne d'autre que les professionnels de santé ne puisse l'utiliser, ce qui limite ainsi tout risque d'abus. Elle va être expérimentée pendant six mois sur l'ouest parisien autour de Foch mais aussi autour des CHU de Nancy et de Montpellier, avant son éventuel déploiement sur toute la France si elle donne satisfaction.