...

Le Selor a déployé la procédure jusqu'à trois fois pour ce poste de prestige à l'Inami, mais personne ne satisfaisait aux exigences posées, pas même le chef de Cabinet actuel de Maggie De Block, le Dr Bert Winnen. La troisième tentative a commencé en septembre dernier. Brieuc Van Damme (37 ans) a alors participé pour la première fois car il fallait au moins dix ans d'expérience pertinente, critère auquel il ne satisfaisait pas encore lors des deux procédures précédentes. A l'issue des épreuves écrites et orales dont il est sorti premier, et après des discussions avec l'administrateur-général et l'administrateur-général adjoint de l'Inami, sa candidature a été confirmée par le Comité de gestion de l'Inami et a été envoyée en mai à la ministre De Block. Toutefois, les hauts fonctionnaires ne peuvent être nommés que par un Conseil des ministres de plein pouvoir. Le gouvernement Wilmès actuel ne répond pas à cette exigence. Il ne manque donc plus qu'une signature ministérielle pour clôturer la nomination. Vu l'allure actuelle des négociations, fort est à craindre que le feu vert se fasse encore attendre. Le contraste aurait difficilement pu être plus grand. Le haut fonctionnaire précédent du service soins de santé de l'Inami, Ri De Ridder, est médecin, il était à la base des maisons médicales dans notre pays et il a un profil prononcé de gauche. Brieuc Van Damme est économiste de formation et a une étiquette libérale. Il était notamment lié à l'Itinera Institute et il a donné cours aux universités d'Anvers et de Gand. Il a travaillé dans des cabinets Open VLD. Il a été conseiller soins de santé chez Alexander De Croo (2011-2014) et chef de cabinet adjoint chez De Block (2014-2016). Depuis mars, il était à nouveau conseiller chez le vice-premier Alexander De Croo (Open VLD) dans le cadre de la crise du Covid-19. " Etant donné que le dossier doit encore être approuvé par le Conseil des ministres, réagir serait encore prématuré ", indique Brieuc Van Damme. " J'espère toutefois pouvoir rapidement poursuivre la mise en place de soins de santé accessibles et de qualité. Je crois beaucoup aux vertus de la concertation et de la confrontation de différents points de vue et opinions. "