...

Rares sont les médecins et pharmaciens actifs dans un cadre clinique " ordinaire " sachant comment travaillent leurs collègues de l'industrie. Quelques jours avant la fusion de ces trois associations du secteur, le 4 juin, nous avons fait le point avec leurs présidents - le Dr Robert Lins (ACRP.be), le Dr Erik Present (BeAPP) et la pharmacienne Marian Coquel (BRAS). Cette rencontre s'imposait de toute urgence." À côté du réseautage et de l'aide à ses membres, BeAPP propose aux médecins et autres professionnels actifs au sein des départements médicaux des entreprises des activités éducatives sur une foule de sujets : modifications législatives, essais cliniques, programmes de besoins médicaux non rencontrés, etc. ", explique Erik Present. " Nous organisons ainsi des conférences de midi avec un orateur unique ainsi qu'un symposium annuel, la 'medical affairs day'. Ces dernières années, les départements médicaux des entreprises ne cessent de gagner en importance stratégique, e.a. sous l'effet de l'évolution des portfolios de produits très larges utilisés en médecine générale vers des soins plus spécialisés et de l'importance croissante de l'EBM (evidence-based medicine) et d'un dialogue plus scientifique entre les firmes et les médecins actifs dans la pratique clinique. "Les départements médicaux ont aussi vu fortement augmenter leur nombre de collaborateurs non médecins - des pharmaciens, notamment, mais aussi et surtout des spécialistes en sciences biomédicales. " Fondée en 1972, BeAPP ne s'adressait à l'origine qu'aux médecins. En 2014, nous avons toutefois décidé d'ouvrir également nos portes aux autres membres du personnel médical de ces départements. À notre apogée, nous comptions 200 membres médecins, aujourd'hui ils sont encore une centaine. " Le secteur pharmaceutique belge emploie environ 450 médecins, auxquels s'ajoute un nombre inconnu (mais important) de pharmaciens." Ce recul est palpable dans nos trois associations ", poursuit Erik Present. " Il tient à une charge de travail accrue et à l'augmentation des possibilités de formation. Beaucoup de personnes tendent aussi à privilégier la participation à des événements plutôt que l'affiliation et ont des exigences plus élevées vis-à-vis des formations qui leur sont proposées. La vie associative et le travail bénévole sont d'ailleurs sous pression de façon plus générale. "Les membres de l'asbl BRAS sont des professionnels médicaux - médecins, pharmaciens, ingénieurs et autres - actifs dans le domaine des " affaires réglementaires ". " Notre association existe depuis 30 ans et propose - comme BeAPP - des formations et activités éducatives spécifiques (enregistrement, élaboration des politiques médicales...) ", enchaîne Marian Coquel. " Nous essayons surtout de suivre de très près l'évolution de la législation. "La BRAS organise chaque année (avec le soutien de l'AFMPS) six après-midis, deux formations et un symposium. " Dans l'ensemble, les participants jugent nos activités extrêmement intéressantes, en particulier grâce à leur caractère interactif. Nous avons eu pendant des années de 250 à 300 membres, mais avec un turnover important, y compris pour la participation aux séances. Jusqu'il y a peu, les sujets de niche attiraient 40 à 50 personnes, les thématiques plus larges une centaine et le symposium annuel 100 à 200... mais actuellement, la participation est en recul de 30 à 50 %. "La troisième asbl, ACRP.be, se focalise sur la recherche clinique. " Un champ très large qui recouvre des acteurs issus du pharma, des sociétés de recherche sous contrat, de la biotechnologie mais aussi du secteur des soins (p.ex. hôpitaux) ", résume Robert Lins. L'ACRP est une association internationale (mais surtout américaine) qui compte quelque 18.000 membres à l'échelon mondial. " Nous en étions initialement la section locale ; depuis 2004, nous sommes toutefois devenus une asbl en droit belge. Comme ACRP.be n'a pas de membres propres, il est impossible de donner des chiffres précis, mais notre fichier d'adresses comporte 600 à 700 noms. "ACRP.be organise chaque année une conférence nationale consacrée aux " Latest Clinical Trials Breaking News ", les tout derniers développements. " Nous collaborons également pour cela avec l'AFMPS ", poursuit Robert Lins. " Notre 22e congrès national, en 2018, a accueilli un public de 120 personnes. Nous organisons aussi trois ou quatre fois par an des séances avec une heure de conférence suivie d'une heure de réseautage, qui attirent généralement 60-70 personnes. "Il y a un an, les dirigeants des trois associations ont organisé ensemble un grand remue-méninges. " Dans le passé, on commençait sa carrière dans les affaires réglementaires ou médicales et on la terminait au même endroit ", explique Erik Present. " De nos jours, il y a beaucoup plus de mouvements horizontaux entre ces deux 'silos', ce qui rend nécessaire une éducation et un réseautage plus larges. Certains thèmes sont aussi abordés dans les trois organisations ou se recoupent assez largement. Dans le domaine de l'autorisation provisoire anticipée (Early Temporary Autorisation ou ETA) et du remboursement temporaire anticipé (Early Temporary Reimbursement ou ETR), par exemple, la réglementation gagne en importance, mais aussi la collecte de données. Rassembler nos trois groupes-cibles et partir d'une approche holistique doit nous permettre de proposer une offre plus large et de mieux correspondre à l'évolution vers une collaboration accrue entre départements. La fusion répond donc à des besoins nouveaux. "La nouvelle asbl continuera néanmoins aussi à organiser des séances destinées aux différents groupes-cibles (affaires médicales, affaires réglementaires...). " Des interactions professionnelles pour permettre à chacun d'être bien informé représentent déjà une plus-value ", souligne Erik Present. " Nous essayons toutefois aussi de nous professionnaliser en comprimant les coûts et en exploitant plus efficacement le temps de plus en plus limité des bénévoles. "" Le nom et le logo de la nouvelle structure ont été présentés lors d'un événement commun, le 4 juin, mais les membres de nos trois asbl sont évidemment déjà au courant de nos intentions ", précise Marian Coquel. " Elle débutera officiellement ses activités le 1er janvier 2020. "L'association devrait compter de 500 à 1.000 membres, ce qui en fera la plus grande association de membres du secteur pharmaceutique belge. Les trois présidents soulignent toutefois que la porte est ouverte aux autres associations de membres désireuses de s'y rallier.