...

Peintre exquis du 17e siècle, Jean Siméon Chardin se révèle le maître absolu de la nature morte, titre qu'il partage avec Willem Claez Heda, artiste hollandais qui lui est contemporain. Mais la palette de ce dernier s'avère plus réaliste encore, possède moins cette ferveur éclairée, que l'on trouve chez ce maître discret comme si les objets, les morceaux de viande ou les poissons morts, possédaient une lueur d'âme dans leur apparence inanimée. Mais Chardin n'est pas que le peintre des raies, des fleurs et du reflet de la vie dans un verre. C'est aussi le portraitiste de l'intimité bourgeoise, intimité magnifiée notamment dans L'enfant au Toton, tableau dans lequel une sorte de jeune Mozart regarde fasciné le tournoiement d'une toupie: moment d'isolement choisi d'un jeune garçon, que le peintre peint tout bas, sans bruit, alors que le 17e siècle est l'époque où l'on commence à s'intéresser au monde de l'enfance. La fillette au volant, Les bulles côtoient des natures mortes de fleurs, de brioche, un fameux Autoportrait aux bésicles ou une Fille de cuisine dans un panorama très complet de l'oeuvre de l'artiste. Une oeuvre décrite avec beaucoup d'érudition et de chaleur par Alexis Merle du Bourg, spécialiste de réputation internationale de la peinture flamande, auteur d'études significatives sur l'histoire du goût ou le collectionnisme en Europe entre le 17e et le 19e siècle et dont L'art français du 18e siècle est un autre de ses domaines de prédilection. Il a ainsi consacré des études monographiques à Jean-Baptiste Oudry notamment illustrateur des Fables de La Fontaine et... à Chardin bien entendu. Dans ce magnifique livre d'art, des natures mortes il fait revivre l'auteur. Alexis Merle du Bourg: Chardin (Citadelles et Mazenod) Collection "Les Phares" Relié sous jaquette et coffret illustrés 384 pages et 350 illustrations couleur Format: 32,5 x 27,5 cm Prix: 189 ? En librairie le 8 septembre