...

L'hôpital académique a investi 13 millions d'euros pour s'équiper de quatre salles d'opération avec imagerie médicale et robotique intégrées. La construction du bâtiment aux moyens d'éléments préfabriqués a coûté un million d'euros. 12 millions d'euros ont été investis pour les installations techniques et d'imagerie médicale (scanner, arceau d'imagerie robotisé). " Lors de la réalisation de notre plan stratégique Cap 24, un des premiers constats auxquels nous avons été confrontés était la saturation de l'offre opératoire sur nos différents sites ", souligne Julien Compère, administrateur délégué du CHU de Liège. " C'est pour cette raison que nous avons voulu investir dans des salles d'opération de nouvelle génération. Nous en sommes particulièrement fiers. Elles sont plus larges que des salles habituelles. Ces dernières font généralement 40 m2. Nos nouvelles salles font 60 m2 de superficie et elles sont équipées de l'imagerie médicale embarquée de dernière génération. Elles permettent de réaliser des interventions mini-invasives avec un contrôle permanent des actes grâce à l'imagerie médicale lors d'opérations particulièrement techniques, par exemple, en neurochirurgie et en chirurgie cardiaque ou vasculaire. " Pour le groupe de travail " Cap 24 ", présidé par Eric Maclot, directeur du département infirmier, cette inauguration est l'aboutissement de six années de travail. Le projet a débuté par la mise en place d'un outil de gestion informatisée du bloc opératoire (planification, gestion en temps réel, mesure de l'occupation des salles). " L'objectif était d'atteindre 85% d'opération réelle du quartier opératoire ", explique-t-on au département de Chirurgie. " Ce taux a rapidement été dépassé, atteignant 90% en chirurgie cardiaque, 95 % en chirurgie orthopédique, 90% en chirurgie maxillo-faciale, avec beaucoup de difficultés d'organisation."Le futur Institut de cancérologie, dont l'imposant bâtiment se dresse déjà à quelques mètres de l'hôpital, va encore accroître les besoins en opérations oncologiques. " Les différentes services chirurgicaux ont demandé quatre nouvelles salles, modulaires et hybrides, sur le site du Sart Tilman. Il fallait donc construire un nouveau bloc, dans le prolongement direct du bloc existant (au +1) et qui sera directement en lien avec la nouvelle unité de cancérologie. "Le bloc opératoire est équipé d'un impressionnant scanner sur rails pouvant desservir deux salles de manière conjointe. " Le scanner ne reste pas dans la zone d'intervention. Après son utilisation, il retourne directement dans un sas de stationnement fermé entre les deux salles, libérant ainsi l'espace pour l'acte chirurgical lui-même. Dans le sas, il est désinfecté et peut faire l'objet d'actes techniques, sans perturber les opérations. La qualité de l'air dans chaque salle est garantie par la gestion des portes du sas et par le refroidissement par eau glacée du scanner. Avec ce système, c'est l'imagerie médicale qui se déplace vers le patient et plus l'inverse " expliquent les chirurgiens. " L'intégration de l'imagerie médicale " multimodale " dans le bloc opératoire permet d'optimiser les interventions de chirurgie mini-invasive ", explique Carl Laurent, directeur général de Siemens Healthineers Belux. " Le concept innovant combine aux meilleurs équipements chirurgicaux un arceau de radiologie entièrement robotisé et un scanner CT, au sein du quartier opératoire. L'utilisation d'une suite interventionnelle de ce type au quartier opératoire facilite l'exécution de procédures complexes, garantit la sécurité maximale pour le patient, améliore le flux de travail et rend le praticien plus autonome dans la réalisation des procédures. Le déplacement rapide du CT mobile, sur rails, permet de maintenir le patient dans une même position tout au long de la procédure chirurgicale. Le système vient au patient, et non l'inverse : la sécurité du patient lors de l'intervention est optimale et le gain de temps lié à l'absence de transfert peut s'avérer décisif."Eric Maclot souligne que cet équipement permet aux chirurgiens de travailler dans des conditions d'efficacité et de confort exceptionnelles. Lors de la visite du bloc, nous avons pu constater que les équipes bénéficient de grands espaces de travail et de l'ergonomie spectaculaire qu'offre l'arceau autonome et robotisé d'imagerie interventionnelle. Julien Compère a profité de l'inauguration du bloc opératoire pour féliciter et remercier devant les cinq ministres présents - Christie Morreale, Valérie Glatigny, Frédéric Daerden, Daniel Bacquelaine et Pierre-Yves Jeholet -l'ensemble des travailleurs de l'institution et tout particulièrement les infirmières et infirmiers pour leur mobilisation exemplaire dans la lutte contre le coronavirus depuis le mois de mars. L'administrateur délégué du CHU de Liège n'a pas caché qu'un des grands défis du secteur hospitalier en cette période de Covid est de pouvoir engager des infirmiers et infirmières. Sans équipes pour prendre soins des patients, les machines ultraperfectionnées ne servent à rien...