...

Une enquête montre que les maladies cardiaques restent les plus mortelles au monde, suivies du cancer. Toutefois, dans les pays occidentaux, la mortalité due à des tumeurs malignes est 2,5 fois plus grande que dans les pays aux bas revenus, où les maladies cardiaques sont plus mortelles encore. Pourtant, les facteurs de risque cardiovasculaire y sont clairement moindres que chez nous. Cette mortalité supérieure a surtout à voir avec une moins bonne accessibilité des soins, et donc une utilisation moins fréquente de la médication. L'hégémonie du cancer dans les pays occidentaux peut être attribuée au recul des maladies cardiovasculaires. " Nous mourons moins de maladies cardiaques, mais il faut bien mourir de quelque chose ", ironise un commentateur. Tous rappellent toutefois l'effet bénéfique de l'adaptation du style de vie.