...

Les auteur-e-s expliquent ce lien de plusieurs manières. A commencer par le sol. La pluie évacue de celui-ci des éléments de base comme le calcium, le magnésium et le potassium, ce qui entraîne une acidification. Les sols acides et froids sont l'environnement rêvé pour les bactéries qui transforment l'amoniac en nitrites. Apparaît alors l'acide nitreux (Hono), qui se propage dans l'air ambiant. Inhalé, celui-ci peut entraîner des mutations, et donc le cancer. Les nitrites polluent les nappes phréatiques et peuvent également s'avérer cancérigènes une fois consommés dans l'alimentation. Ajoutons que le manque de soleil provoque une production moindre de vitamine D, ce qui favorise également l'apparition de tumeurs. Le froid engendre le stress métabolique (afin de maintenir la température corporelle), lui-même également désigné dans la littérature scientifique comme facteur d'augmentation du risque de cancer. Les auteur-e-s craignent en outre que le bouleversement climatique actuel provoque une hausse des pluies dans certaines régions. Environ Eng Sci. 2019 ; doi.org/10.1089/ees. 2019.0241