...

Et pour en retrouver la magie contrastée, elle a fait appel, comme à l'époque, à Youth, l'ancien bassiste de... Killing Joke ! Lequel a produit notamment l'une des idoles de la Bermudienne, à savoir Kate Bush. C'est pourtant Joan Baez que sa voix cristalline et, par moments, un peu tremblante évoque, notamment sur des ballades comme After all this time, Over the fields ou Your Words qui conclut l'album. Des balades qui s'électrifient parfois dans le cas de Rewild me. Un album contrasté qui offre d'ailleurs également son contingent de rocks comme Some things just come undone et son joli crescendo, All the rivers ou Just Kids qui réfère sans doute à l'autre idole d'Heather Nova, à savoir Patti Smith et à son livre éponyme. Pearl voit l'auteure-compositrice-interprète connaître une seconde jeunesse à l'entame de la cinquantaine - Youth ne s'appelle pas Youth pour rien -, revenir à une musique moins doucereuse, ce qui ne l'empêche pas de lorgner dans le morceau introductif The wounds we bled, sur le Fleetwood Mac de la grande époque : de la pop de grand art !