...

À ce jour, un tiers des personnes épileptiques ne répondent à aucun traitement et il n'existe aucun moyen fiable d'être alerté avant qu'une crise ne survienne, ce qui rend la vie très pénible aux patients et à leur entourage.Réussir à prédire les crises changerait donc radicalement le quotidien des patients souffrant d'épilepsie qui seraient plus de 50 millions dans le monde, selon les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé, ce qui en fait l'une des maladies neurologiques les plus courantes.C'est donc sur cette problématique que Verteego, une société française experte du " machine learning " et éditrice d'une plateforme d'intelligence artificielle, a décidé d'agir. Elle va mettre son savoir-faire technologique au profit d'un programme appelé " Predilepsy ".Comme son nom l'indique, ce projet consiste à élaborer un dispositif portable capable de prédire avec une grande précision le moment où une crise d'épilepsie va survenir et ainsi avertir à l'avance le patient et ses proches." Dans un premier temps, nous allons travailler sur des algorithmes de prédiction pour les crises d'épilepsie d'absence durant lesquelles les malades ne peuvent ni parler ni enregistrer de nouvelles informations ", explique Rupert Schiessl, CEO de Verteego.Pour certains patients, ce type de crise se manifeste par de brèves périodes de non-réceptivité qui peuvent se répéter jusqu'à cent fois par jour, ce qui détériore fortement la capacité d'apprentissage scolaire chez les enfants.La portabilité du dispositif sera l'enjeu majeur. Actuellement, les données proviennent d'électroencéphalogrammes effectués en milieu hospitalier, donc loin des conditions de vie réelles des personnes atteintes." Notre challenge est de développer des algorithmes capables d'enregistrer des signaux à partir d'un seul canal pour être plus discret ", précise Rupert Schiessl. " Aucun patient n'acceptera de se promener avec 32 électrodes posées sur la tête. "Ce projet ambitieux, qui associe des acteurs privés et publics, dont l'Inserm, le département de neurologie du CHU de Rennes et l'hôpital Necker, est financé à hauteur de plus de 400.000 euros, une somme destinée à couvrir les cinq ans de recherches qui viennent de débuter.Il est par ailleurs open source ayant pour vocation de réunir une communauté de data scientist, de dirigeants passionnants et engagés, de chercheurs et médecins de renom qui travaillent ensemble sur la création d'algorithmes libres d'usage de détection et de prédiction de crises d'épilepsie.