...

Le gouvernement français vient de statuer concernant l'organisation de la téléconsultation et de la vaccination en officine."La télémédecine constitue un mode d'organisation déterminant de l'amélioration de l'efficience de l'organisation et de la prise en charge des soins. En effet, elle permet une prise en charge plus rapide et au plus près du lieu de vie des patients. Elle évite ainsi les déplacements inutiles et peut contribuer au désengorgement des services d'urgence en apportant une offre de soins de premier recours très accessible", précise l'arrêt paru au Journal officiel français.Les parties signataires de l'accord s'engagent pour contribuer au développement de la télémédecine sur l'ensemble du territoire et au profit de tous les patients, en s'appuyant sur le réseau officinal et la proximité d'accès qu'il offre à la population, ce qui positionne le pharmacien comme professionnel de santé accompagnant. La mission qui lui est confiée dans ce cadre consistera à proposer une offre organisationnelle de téléconsultation permettant de préserver la confidentialité des données, ainsi qu'une assistance au médecin téléconsultant pour la réalisation des actes nécessaires à l'examen clinique.L'investissement des pharmaciens est soutenu : ils pourront bénéficier d'une aide à hauteur de 1.225 euros la première année et de 350 euros les années suivantes. Ils seront rémunérés en fonction du nombre de consultations réalisées pendant l'année : 200 euros pour 1 à 20 téléconsultations, 300 euros pour 21 à 30 et 400 euros au-delà de 30 téléconsultations. Un bilan sera fait après un an de mise en pratique de cette nouvelle mesure.Quatre jours plus tard, le 6 septembre, un autre arrêté a été publiée au JO approuvant l'avenant n°16 de la Convention pharmaceutique. Il fixe le montant des honoraires perçus par les pharmaciens pour la vaccination contre la grippe : 6,30 euros hors-taxes par vaccination effectuée en métropole et 6,60 euros HT pour les départements et collectivités d'outre-mer. Il précise encore que chaque pharmacien devra se former et être déclaré auprès de son agence régionale de santé.