...

" Une enquête devra approfondir à quel niveau les fraudes mentionnées par De Morgen ont eu lieu : au niveau de systèmes informatiques hospitaliers, ou au niveau des données échangées sur les réseaux santé ", commente Christine de Bray. " Quoi qu'il en soit, tous les utilisateurs finaux du Réseau santé bruxellois sont tenus de prendre connaissance de notre règlement vie privée. Celui-ci établit très clairement que le partage des données santé via notre réseau santé doit obligatoirement s'inscrire dans le cadre de soins prodigués aux patients (continuité des soins). Les institutions de soins connectées au RSB adhèrent à ce principe fondamental et informent leurs médecins à ce sujet. "Pour la directrice générale d'Abrumet, " le fait que certains médecins aient abusé d'un système en créant frauduleusement des relations thérapeutiques ne doit pas remettre en cause un service qui améliore la qualité des soins et sauve des vies chaque jour. Bien au contraire, le fait que l'accès aux données se fasse de façon électronique permet une traçabilité totale pour identifier les éventuels abus. Dans le cas présent, cela permettra de poursuivre les médecins fraudeurs qui ont abusé du système et de les sanctionner comme il se doit. "Et de rappeler que chaque patient Bruxellois inscrit sur le RSB peut visualiser lui-même tous les accès à son dossier. " Via ce portail, il peut également exclure certains médecins de tout accès à ses données. "" Les abus de ce genre sont heureusement très rares. Et le fait qu'ils puissent être dénoncés est le signe que les outils de contrôle mis en place fonctionnent ", rassure Christine de Bray.