...

DTG/3TC: le VIH est-il sous bonne garde ?TANGO est une étude de phase III qui a démontré la non infériorité virologique d'un switch vers une thérapie duale associant dolutégravir et 3TC par rapport à la poursuite d'une tri-quadrithérapie basée sur le TAF chez des patients expérimentés présentant une charge virale indétectable depuis une longue période. Tout au long des deux premières années de suivi de l'étude, les participants ont bénéficié d'une évaluation de contrôle de leur charge virale lors de chaque visite intermédiaire, tous les mois lors des trois premiers mois puis tous les trimestres par la suite. Cette évaluation s'est faite sur base du test Abbott RealTime HIV-1 qui permet la mesure d'une charge virale dans une fourchette comprise entre 40 et 10.000.000 de copies/ml. Pour les charges virales inférieures à 40 copies/ml, ce test permet de différencier une charge virale < 40 copies mais encore détectable (TD < 40) et une charge virale si basse qu'il est impossible de la détecter, charge non détectable ou TND. Pour les besoins de cette analyse post-hoc, les investigateurs ont donc repris toutes les données de charges virales accumulées au cours des 96 semaines de suivi afin d'évaluer la proportion de patients avec TD, TDN et virémie patente.TND, TDA deux ans de suivi, le constat est rassurant puisque la proportion de patients présentant une charge indétectable (TND) est similaire dans les deux bras de l'étude: 73% des patients qui ont switché vers la thérapie duale et 69% des patients qui ont poursuivi leur traitement par tri-quadrithérapie basée sur le TAF. Autre fait intéressant, quel que soit le niveau de la charge virale lors de l'inclusion dans l'étude (TD, TND ou charge > 40 copies), le taux de patients présentant une charge virale indétectable (TND) à toutes les visites jusqu'à 96 semaines est plus élevé dans le bras DTG/3TC (37%) comparativement au bras tri-quadrithérapie basée sur le TAF (31%).VirémiesUn certain nombre de virémies intermittentes ont cependant été observées au cours des 96 semaines de suivi mais leur proportion était faible, 6% pour le bras DTG/3TC et 10% pour le bras poursuite d'une traitement classique centré sur le TAF. De plus, l'analyse détaillée montre qu'il s'agit majoritairement de "blips", ces petites extrasystoles virémiques au final peu inquiétantes puisque la charge virale ne s'élève que de peu pour revenir rapidement vers un niveau indétectable. En conclusion, ces données attestent du potentiel d'une thérapie duale DTG/3TC à maintenir, sur le long cours, la suppression virale.Réf: Wang R. et al. Abstract OABO301, IAS 2021.