...

L'étude présentée à Mexico concerne une nouvelle version de deux anticorps neutralisants à large spectre VRC01 et VRC07-523 dont la demi-vue a été allongée grâce à l'adjonction d'une séquence particulière à la protéine initiale. Sept participants séropositifs âgés de 18 à 70 ans ont reçu une dose unique de cette nouvelle version, soit le VRC01-LS, soit le VRC07-523-LS. Ils ont été suivi durant 3 jours pour vérifier les réactions immédiates et jusqu'à 56 jours pour détecter tout effet secondaire à développement plus lent. Les résultats montrent que le VRC07-523-LS est virologiquement plus efficace que le VRC01-LS mais qu'il a aussi entraîné un taux légèrement plus élevé d'effets secondaires immunologiques transitoires tels qu'une inflammation locale et des symptômes légers, surtout de la fièvre. Deux effets secondaires cliniquement significatifs ont, de plus, été observés pour le VRC07-523-LS; engourdissement au niveau du site d'injection qui s'est résorbé après une journée ainsi qu'un déclin temporaire du taux de neutrophiles qui, lui, s'est résorbé au bout de huit jours. Sur le plan virologique, on constate une division par 3 de la charge virale initiale suite à la perfusion avec l'anticorps VRC01-LS et une division plus importante, par 16 cette fois, pour l'anticorps VRC07-523-LS. Sur ces bases rassurantes, le programme de développement de ces anticorps neutralisants à large spectre va donc se recentrer sur la forme VRC07-523-LS qui devrait bientôt être au coeur d'une étude évaluant son intérêt en association avec le cabotégravir sous forme de perfusion tous les deux mois. Comme on le voit, les anticorps neutralisants à large spectre poursuivent leur chemin. Réf: Chen G. et al. WEAA0304, IAS 2019, Mexico.