...

TND: sur l'ensemble de la population de GEMINI 1&2Sur l'ensemble de la population des études GEMINI 1&2 et à 96 semaines, on observe un taux identique de patients présentant une virémie résiduelle non détectée (TND), 68% dans le groupe trithérapie classique vs 66% dans le groupe 2DR associant dolutégravir et lamivudine (3TC) et ce, lors de toutes les visites de contrôle programmées au cours des 2 années de suivi. TND: résultats en fonction de la charge virale et des CD4 à l'initiation De plus, les résultats en fonction de la charge virale à l'initiation du traitement montrent, de façon identique, qu'il n'existe pas de différence en termes d'atteinte de l'objectif TND entre les deux bras de l'étude. Si la charge virale était < 100.000 copies, le taux de patients avec une virémie résiduelle non détectée est de 69% pour la 2DR vs 72% pour la trithérapie. Lorsque la charge virale était > 100.000 à l'inclusion, le taux de TND était de 53% dans le groupe 2DR et de 52% dans le groupe trithérapie. Par contre, lorsque le nombre de CD4 était < 200 cellules lors de l'inclusion, le taux de TDN est plus faible pour le groupe 2DR (43%) par rapport au groupe trithérapie (58%). Lorsque le taux de CD4 était > 200 cellules à l'inclusion, le taux de patients avec TND était parfaitement équivalent dans les deux groupes de traitement soit 68%. Délais avant atteinte d'une virémie résiduelle non détectéeIl est aussi important de pouvoir évaluer les délais avant obtention d'une virémie résiduelle non détectée. Ce délai est de 8 semaines chez les patients des deux groupes lorsque la charge virale initiale était < 100.000 copies. Paradoxalement, ce délai est de seulement 16 semaines dans le groupe 2DR lorsque la charge virale initiale est >100.000 vs un délai de 24 semaines pour le groupe de patients sous trithérapie. ConclusionCes données complémentaires, basées sur l'obtention d'un objectif virologique plus strict (virémie résiduelle non détectée, TND) que l'objectif clinique usuel (charge virale < 50 copies) confortent, en la renforçant, la confiance dans l'efficacité virologique de la combinaison dolutégravir/3TC chez des patients naïfs initiant un traitement ARV. Seule limitation pour les investigateurs, mieux vaut ne pas proposer de 2DR aux patients dont le taux de CD4 initial est inférieur à 200 cellules.Réf: Underwood M. et al. P8/2, EACS 2019, Basle.