...

Vaccin Covid-19 et VIH: évaluer la réponse immunitaire Les autorités sanitaires de nombreux pays, dont les Etats-Unis, ont recommandé que les personnes vivant avec le VIH présentant un faible nombre de cellules CD4 reçoivent une troisième dose de vaccin contre la Covid-19. Mais, il existe encore trop peu de données solides concernant la réponse immunitaire à un schéma standard de vaccination contre la Covid-19 chez les personnes vivant avec le VIH sur lesquelles baser pareilles recommandations. De plus, peu de personnes séropositives ont été incluses lors des essais cliniques des vaccins Pfizer et Moderna.Afin de palier à ces différentes lacunes, des chercheurs canadiens de l'Université Simon Fraser (Colombie Britannique) dirigés par le Pr. Zabrina Brumme ont recruté d'une part, 100 patients vivant avec le VIH suivis dans trois centres VIH de Vancouver et, d'autre part, 152 personnes témoins non porteuses du VIH, majoritairement du personnel soignant participant à une autre étude et vaccinés à 97% avec un vaccin Pfizer ou Moderna.Les personnes vivant avec le VIH avaient un âge moyen de 54 ans, 88% étaient des hommes, 69% étaient de race caucasienne. Tous suivaient un traitement ARV et avaient une charge virale la plus récente inférieure à 50 copies/ml. Le nombre médian de CD4 était de 710 et le nadir de 280. La majorité, 83%, avait été vaccinée avec deux doses de vaccin Pfizer ou Moderna, 8% étaient vaccinés avec un schéma de deux doses de Oxford/AZ et 7% avaient reçu un mixte Oxford/AZ et un ARN messager Pfizer ou Moderna. Les prélèvements sanguins ont été effectués avant vaccination, un mois après la première dose et un mois après la seconde dose.Troisième dose or not troisième dose, that's the question !Les principaux résultats obtenus montrent que:Une troisième dose potentielle pour des catégories bien précises de patients Les investigateurs concluent donc que, dans la plupart des cas, les personnes vivant avec le VIH qui ont une charge virale indétectable et un nombre élevé de CD4 n'auront pas besoin d'une troisième dose de vaccin bien que l'âge, la présence de maladies chroniques et un schéma vaccinal à deux doses de Oxford/AZ puissent influencer le conseil sur la nécessité de recourir à une troisième injection de vaccin. Ils notent également qu'un nadir bas n'altère pas la réponse immunitaire mais ils avertissent que, comme seuls deux participants à l'étude avaient un nombre actuel de CD4 inférieur à 250, des investigations supplémentaires sont nécessaires sur les réponses vaccinales au sein de ce groupe qui, dans l'état actuel de nos connaissances, pourraient aussi bénéficier des avantages d'une troisième dose.Réf: Brumme Z. et al. Med RXiv, publication le 04/10/2021 en accès libre sur le site web.