...

DOLAM: on commence à 3 et on finit à 2A l'origine, l'étude DOLAM devait évaluer 3 stratégies différentes de switch chez des patients à charge virale indétectable sous trithérapie classique : monothérapie par dolutégravir, 2DR associant dolutégravir et lamivudine et, comme groupe témoin, un maintien de la trithérapie initiale. A 24 semaines, on constatait la survenue de 3 échecs virologiques. Un dans le groupe dolutégravir/ lamivudine sans émergence de résistances aux inhibiteurs de l'intégrase et 2 échecs dans le bras monothérapie avec présence de résistances aux inhibiteurs de l'intégrase. Exit donc le bras monothérapie et après inclusion de nouveaux patients, l'étude a continué avec le bras contrôle et le bras 2DR. Ce sont les résultats à 48 semaines qui ont été présentés lors de congrès de l'IAS 2020.Des patients au profil virologique favorableUn élément intéressant dans la population de cette étude est que tous les 265 patients inclus présentaient un profil favorable sur le plan virologique qui correspond aux recommandations internationales pour la mise sous traitement 2DR comportant dolutégravir et lamivudine à savoir des patients dont la charge virale est inférieure à 50 copies depuis au moins un an, dont le nombre de CD4 est supérieur à 200 cellules, qui ne sont pas porteur du virus de l'hépatite B et qui n'ont jamais présenté d'échec virologique ou de mutations de résistance par le passé. Confirmation pour le 2DR en cas de switchA 48 semaines de suivi, les résultats confirment la non infériorité de la stratégie 2DR puisque le taux d'indétectabilité est de 93,1% pour les patients switchés vers une stratégie 2DR et de 93,3% pour ceux demeurés sous trithérapie classique usuelle.Aucune différence non plus quant à l'incidence des blips, au nombre de patients présentant plus de 1 blip ainsi que sur la survenue d'effets indésirables sérieux.Seule différence importante, la prise de poids sous dolutégravir/ lamivudine se chiffre à 1,55 kg vs 0,08 kg pour le maintien de la trithérapie initiale. Par contre, pas de différence marquée concernant la mesure de la masse graisseuse que ce soit sur le tronc ou au niveau des membres. Une nouvelle preuve de l'efficacité des stratégies d'allégement dans le cadre du switch qui renforce la confiance dans ce type de stratégie chez les patients stabilisés virologiquement.Réf: Martinez E. et al. PDB01, IAS 2020.