...

La vitamine D a été identifiée une nouvelle fois comme un facteur protecteur potentiel dans le développement du cancer colorectal. Sachant que les UVB permettent à notre organisme de bien métaboliser la vitamine D, des chercheurs de l'Université de Californie à San Diego, ont étudié les associations possibles entre les niveaux de rayonnements UVB et les taux de cancers colorectaux l'année suivante, pour plusieurs groupes d'âge. Ils ont utilisé les estimations d'UVB obtenues par la sonde spatiale EOS Aura de la NASA, en avril 2017, et les données sur la proportion de cancers colorectaux en 2018 pour 186 pays de la base de données GLOBOCAN.Ils ont également rassemblé des données provenant de 148 pays sur la pigmentation cutanée, l'espérance de vie, le statut tabagique, l'ozone stratosphérique et d'autres facteurs qui peuvent influencer la santé et l'exposition aux UVB. Les scientifiques ont constaté qu'une exposition plus faible aux UVB est significativement corrélée à des taux plus élevés de cancer colorectal dans toutes les tranches d'âge, et particulièrement après 45 ans. Après avoir pris en compte d'autres facteurs, tels que la pigmentation de la peau, l'espérance de vie et le tabagisme, l'association entre la diminution des UVB et le risque de cancer colorectal est restée significative pour les 45 ans et plus."Bien qu'il s'agisse encore de preuves préliminaires, il se peut que les personnes plus âgées, en particulier, puissent réduire leur risque de cancer colorectal en corrigeant le manque de vitamine D", avance le Pr Raphael Cuomo.Une exposition plus faible aux UVB peut en effet réduire les niveaux de vitamine D, précisent les auteurs. Ils suggèrent que les recherches futures examinent directement les avantages potentiels de la correction des carences en vitamine D pour réduire le risque de cancer colorectal, en particulier dans les groupes plus âgés et dans les régions où l'exposition aux UVB est insuffisante.Ils avertissent toutefois que d'autres facteurs qui n'ont pas été inclus dans l'étude peuvent influencer l'exposition aux UVB et les taux de vitamine D, tels que la prise de compléments alimentaires, les vêtements portés ou encore la pollution de l'air. Ils précisent encore que la nature observationnelle de cette étude ne permet pas, pour l'instant, d'établir un lien de cause à effet entre l'exposition insuffisante aux UVB et le cancer colorectal et donc que des travaux complémentaires sont nécessaires pour comprendre plus en détail la relation entre les UVB, la vitamine D et le cancer colorectal.(référence : BMC Public Health, 5 juillet 2021, doi : 10.1186/s12889-021-11089-w)