Tout sur Suède

Grâce aux progrès de la néonatologie, le nombre d'adultes nés prématurément augmente, il est donc important de bien cerner les éventuelles conséquences sanitaires. Nous savons déjà que la prématurité est associée à un risque accru d'atteinte cardiovasculaire à l'âge adulte. En revanche, l'existence d'une association avec les désordres lipidiques (facteurs de risque cardiovasculaire majeurs) ne fait pas l'unanimité.

Alors qu'on manque toujours cruellement de données solides sur le risque de cancer lié aux anti-TNF chez les patients atteints d'arthrite psoriasique (PsA), une étude portant sur 8000 patients issus de quatre grandes cohortes du Nord de l'Europe (Islande, Suède, Danemark et Finlande) nous apporte enfin la preuve que l'utilisation d'anti-TNF n'occasionne pas d'augmentation du risque de cancer en général ou en particulier (poumon, sein, prostate, pancréas, endomètre, SNC, mélanome ou colorectal). Seule ombre au tableau, une augmentation du risque de lymphome que le Pr Lene Dreyer (Aalborg, Danemark) attribue, pour l'instant, à l'impact de la maladie sur l'immunité mais d'autres études seront nécessaires pour innocenter définitivement les anti-TNF, connus pour leur rôle complexe dans le développement et la progression des cancers.