Tout sur Italie

Schizophrénie : le placenta serait le chaînon manquant !

Des chercheurs américains ont trouvé une explication au lien entre les complications pendant la grossesse, le risque génétique et leur impact sur la schizophrénie. Et tout converge vers le placenta. C'est en effet dans cet organe que les complications induiraient l'expression de gènes favorisant le développement chez l'enfant à naître de ce syndrome plurifactoriel complexe.

Quand les thrombi parlent

L'examen histologique des caillots extraits par thrombectomie mécanique pourrait permettre de mieux comprendre les accidents vasculaires cérébraux et de mieux les traiter.

Prévalence d'une embolie pulmonaire en cas de syncope

Les tentatives pour chiffrer la prévalence d'une embolie pulmonaire chez les patients admis aux urgences pour une évaluation à la suite une syncope aboutissent à des résultats contradictoires. Les auteurs de cette étude ont utilisé les données administratives longitudinales de cinq bases de données provenant de 4 pays différents (Canada, Danemark, Italie et États-Unis) pour une étude observationnelle rétrospective.

Sclérodermie : un nouveau test prometteur

A l'EULAR cette année, les organisateurs ont mis en avant une maladie qui reste encore très mystérieuse sous bien des aspects : la sclérodermie. Une Belge, le Prof Vanessa Smith (U Gent) et un Italien, le Prof Gianluca Moroncini (Ancona, Italie), ont présenté de nouvelles techniques diagnostiques.

A l'italienne, le café serait efficace contre le cancer de la prostate

Précédemment, de nombreuses recherches ont montré qu'une consommation modérée de café pouvait réduire le risque de plusieurs maladies dont le cancer de la prostate. Jugeant les preuves insuffisantes pour pouvoir tirer des conclusions définitives quant à l'effet protecteur du breuvage sur ce type de tumeurs, une équipe italienne s'est attelée à en savoir davantage.

Cancers prostatiques : du diabète à la mortalité spécifique

Deux posters ont retenu l'attention du public nombreux, présent lors des toutes premières sessions de l'EAU 2017 qui se tenait à Londres : d'une part une étude multicentrique sur la mortalité spécifique à 20 ans des cancers prostatiques à haut risque et, d'autre part, l'association de ce même cancer au diabète de type 2.

Pour être créatif, il faut avant tout avoir un bon réseau neuronal !

Des chercheurs de la Duke University, en Caroline du Nord, et de l'Université de Padoue, en Italie, auraient découvert pourquoi certaines personnes sont plus créatives que les autres. Contrairement à une idée reçue, leur génie ne tiendrait pas à l'usage plus intense qu'elle ferait de l'hémisphère droit ou gauche de leur cerveau mais il dépendrait de la connexion entre ces deux hémisphères, autrement dit de la qualité de leur réseau neuronal. (1) D'ailleurs, une précédente recherche avait montré que le cerveau d'Einstein était doté d'hémisphères droit et gauche particulièrement bien connectés l'un à l'autre. (2)

Une variation du gène PDSS2 dicterait la consommation de café

C'est en cherchant à comprendre pourquoi certaines personnes doivent boire de grandes quantité de café pour se sentir moins fatiguées alors que d'autres peuvent se contenter d'une ou deux tasses pour rester éveillées, que des chercheurs écossais, italiens et néerlandais ont identifié le gène dont une variante serait responsable de la vitesse de décomposition de la caféine par l'organisme et, par conséquence, de nos besoins en café.