Tout sur ESC

VERDICT

L'étude VERDICT a comparé une stratégie de prise en charge rapide ou différée en cas de syndrome coronarien aigu sans sus-dénivellation de ST et avec modifications ischémiques de l'ECG ou élévation des biomarqueurs.

Idarucizumab versus dabigatran

Des situations d'urgence, comme les traumatismes, peuvent nécessiter une réversibilité rapide de l'effet d'un traitement par anticoagulant direct. Qu'attendre alors d'un antidote ?

Sport à tout âge et en toute sécurité

L'électrocardiogramme est-il approprié pour dépister les anomalies susceptibles de conduire à une mort subite chez les athlètes de plus de 35 ans et, si tel est le cas, faut-il préférentiellement prendre les critères électrocardiographiques de l'ESC, ceux de Seattle ou les critères internationaux de 2018 ?

Diabète de type 2 et statine : pour ou contre ?

Les statines sont depuis plusieurs années au centre d'un débat d'opinion. Elles sont tantôt trop prescrites car inutiles voire même délétères, tantôt trop peu prescrites. Qu'en est-il chez le patient diabétique ?

Garder son sommeil à coeur

C'est un paradoxe de voir dans le pays où l'on travaille probablement le plus au monde, le Japon, des spécialistes mettent en garde contre le manque de sommeil. En effet, ces chercheurs nippons ont fait des résultats de leur découverte à l'ESC.

NON à l'oxygénothérapie en cas de suspicion d'infarctus du myocarde

Encore une étude majeure présentée lors du congrès de l'ESC qui devrait entraîner une révision des recommandations. Dans l'étude DETO2X-AMI, l'administration d'oxygène à des patients suspectés d'infarctus du myocarde ne résulte pas une diminution de la mortalité cardiaque ou toutes causes. Pour les investigateurs, ces résultats constituent un NON bien sonore à l'administration quasi systématique d'oxygène aux patients suspectés d'infarctus du myocarde.

Arrêt cardiaque: la ventilation artificielle par insufflateur manuel moins sûre et moins pratique que l'intubation trachéale

Dans l'étude CAAM, menée en France et en Belgique et présentée en session de Late Breaking Clinical Trials à l'ESC, la ventilation artificielle par insufflateur manuel ne se révèle pas plus efficace que l'intubation trachéale en cas d'arrêt cardio-respiratoire hors de l'hôpital. Au contraire, certains résultats issus de CAAM montrent que cette méthode est moins sûre et surtout moins pratique. En conséquence, les investigateurs ne recommandent pas cette méthode de ventilation artificielle comme procédure standard en cas d'arrêt cardiaque.

Mener la course en tête...

Les investigateurs de RACE-3 ont certainement gagné leur pari et sont à l'arrivée. En effet, la question du traitement intensif est toujours aussi vive qu'il s'agisse d'hypertension ou de fibrillation auriculaire...