...

Les chercheurs de l'Université d'Oxford ont analysé des données collectées entre 1997 et 2014 auprès de 390 929 adultes américains dont 56% de femmes, âgé.e.s de 25 à 74 ans au moment de leur recrutement. Les fumeurs actuels ont été classés selon l'âge auquel ils ont commencé à fumer régulièrement (<10, 10 à 14, 15 à 17, 18 à 20 ou >20 ans). Les fumeurs occasionnels ont été exclus. Les ex‐fumeurs ont été regroupés selon l'âge auquel ils ont fumé régulièrement pour la dernière fois (15 à 34, 35 à 44, 45 à 54 ou 55 à 64 ans), à l'exclusion des quelques-uns qui avaient arrêté à un âge plus avancé.Parmi les participants, 228 165 (58%) n'avaient jamais fumé, 88 717 (23%) étaient d'anciens fumeurs et 74 047 (19%) étaient des fumeurs actuels et, parmi ces derniers, 1 403 (2%) avaient commencé à fumer avant 10 ans et 14 421 (19%) entre 10 et 14 ans.Au cours de la période de suivi, 4 479 participants sont décédés avant l'âge de 75 ans d'une maladie cardiaque ou d'un AVC. Parmi les résultats, on retiendra surtout que les fumeurs actuels encourent un risque de décès prématuré par maladie cardiovasculaire multiplié par trois par rapport aux personnes qui n'ont jamais fumé. Et ce risque est encore plus élevé chez ceux qui ont commencé à fumer pendant l'enfance, c'est-à-dire avant l'âge de 15 ans. Il est maximal chez ceux qui se sont mis à fumer avant l'âge de 10 ans.Toutefois, par rapport aux participants qui n'ont pas succombé au tabac, les anciens fumeurs qui ont cessé entre 15 et 34 ans encourent à peu près le même risque de décès par maladie cardiaque ou AVC. Pour un arrêt entre 35 et 44 ans, entre 45 et 54 ans et entre 55 et 64 ans, le risque accru est respectivement d'environ 20%, 60% et 70%. Chez ceux qui ont arrêté le tabac avant 40 ans, le sur-risque est diminué d'environ 90%. Autrement dit, plus on arrête jeune, plus le risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire diminue, jusqu'à rejoindre celui des non-fumeurs."L'âge auquel une personne commence à fumer est un facteur crucial et souvent négligé, et ceux qui débutent à un jeune âge encourent un risque particulièrement élevé de mourir prématurément d'une maladie cardiovasculaire," commente l'auteur principal, le Dr Blake Thomson. "Cependant, cesser de fumer peut considérablement réduire ce risque, en particulier pour les personnes qui arrêtent à un âge plus jeune."Des recherches supplémentaires vont être menées pour mieux comprendre les mécanismes par lesquels le tabagisme prolongé depuis l'enfance affecte si fort le risque cardiovasculaire.(référence : Journal of the American Heart Association, 28 octobre 2020, doi : 10.1161/JAHA.120.018431)