Une étude suédoise révèle que l'augmentation de la charge pondérale, en utilisant un gilet lesté, réduit le poids corporel et la masse graisseuse du corps humain chez les sujets obèses de la même manière que celle précédemment montrée chez les rongeurs obèses.

L'exposition aux particules fines PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 micromètres) et celle au noir de carbone, substance issue de la combustion d'hydrocarbures, sont associées à une moins bonne santé osseuse, selon une étude réalisée en Inde.

Les personnes âgées n'ayant jamais participé à des programmes d'exercices intensif ont la même capacité à développer leur masse musculaire que les athlètes de haut niveau et régulièrement entraînés d'âge similaire. En outre, même les personnes âgées n'ayant jamais fait de sport peuvent bénéficier d'exercices de résistance comme la musculation.

A l'origine d'une grande fatigue et de performances réduites, un surentraînement sportif peut également nuire aux capacités cérébrales de la même manière qu'un travail intellectuel excessif et donner lieu à des prises de décisions impulsives. Cela pourrait même favoriser la survenue d'un burn-out, selon une étude française.

Une étude de cas montre que des personnes polydactyles, avec six doigts par main, possèdent des capacités et des compétences de manipulation considérablement augmentées, qu'elles ont des nerfs et des muscles supplémentaires sur leurs mains ainsi qu'une zone corticale dédiée à cette anomalie.

Des chercheurs ont identifié un nouveau ligament au niveau de l'articulation du genou. Il serait présent chez une minorité de personnes et favoriserait les risques de déchirure du ménisque externe.

Une étude menée sur des souris ayant séjourné durant un mois à bord d'un vol spatial russe révèle que le manque de gravité pourrait affecter les articulations des futurs astronautes. Les chercheurs ont découvert des signes précoces de rupture du cartilage chez les rongeurs.

Jean-Luc Schouveller

Tirées d'une session plénière de Late Breaking Abstracts particulièrement riche en nouveautés concernant le pipe-line des options thérapeutiques de prise en charge de diverses affections rhumatismales auto-immunes, voici les données d'une première étude de phase 3 concernant le filgotinib, un inhibiteur sélectif de JAK1 à administration orale, lorsque la polyarthrite rhumatoïde ne répond pas au méthotrexate. Des résultats d'autant plus attendus et qui nous tiennent à coeur puisque le filgotinib est le fruit de la recherche de Galapagos, une biotech basée à Malines.

Jean-Luc Schouveller

L'extension de l'arsenal thérapeutique de l'arthrite psoriasique a connu, au cours de ces dernières années, une formidable et rapide extension permettant au rhumatologue de mieux personnaliser l'approche thérapeutique en fonction des particularités de chaque patient. Mais, ce choix peut parfois se révéler difficile d'où l'intérêt des études cliniques comparatives qui, avouons-le, demeurent une denrée bien rare d'où l'intérêt pour cette étude " head to head ", présentée dans le cadre des " Late Breaking Abstracts ", comparant adalimumab et ixékizumab chez le patient porteur d'une arthrite psoriasique non répondeurs à au moins un DMARD conventionnel.