Une étude danoise révèle une association entre les niveaux d'empathie des participants et leur respect des gestes barrières (distanciation physique et port du masque). Les auteurs considèrent que l'empathie ressentie envers les plus vulnérables pourrait être employée activement pour combattre la pandémie de Covid-19.

Deux nouvelles études se penchent sur les liens entre les groupes sanguins et la Covid-19. Une montre que le groupe O est associé à une diminution du risque de contracter une infection par le SARS-CoV-2. L'autre constate que les patients des groupes A et AB ont un risque accru de nécessiter une ventilation mécanique et de développer une forme grave de la maladie par rapport à ceux des groupes O et B.

Une méta-analyse montre que, indépendamment de l'adiposité globale, tous les indices de graisse centrale sont positivement et significativement associés avec un risque de mortalité plus élevé quelle qu'en soit la cause. En revanche, un tour de hanche et un tour de cuisse plus larges sont corrélés à un risque plus faible de décès prématuré.

La maladie de Parkinson serait un facteur de risque indépendant de décéder des suites de la Covid-19, selon une étude américaine. Elle accroîtrait ce risque de 30% et viendrait s'ajouter à la liste des comorbidités (obésité, diabète, hypertension) déjà référencées.

Selon une étude américaine, les femmes âgées qui mangent plus d'une à deux portions par semaine de poisson ou de crustacés cuits au four ou grillés, consommeraient suffisamment d'acides gras omega-3 pour contrecarrer les effets indésirables potentiels de la pollution atmosphérique sur les volumes de substance blanche du cerveau.

Une étude suédoise révèle que l'augmentation de la charge pondérale, en utilisant un gilet lesté, réduit le poids corporel et la masse graisseuse du corps humain chez les sujets obèses de la même manière que celle précédemment montrée chez les rongeurs obèses.

L'exposition aux particules fines PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 micromètres) et celle au noir de carbone, substance issue de la combustion d'hydrocarbures, sont associées à une moins bonne santé osseuse, selon une étude réalisée en Inde.

Les personnes âgées n'ayant jamais participé à des programmes d'exercices intensif ont la même capacité à développer leur masse musculaire que les athlètes de haut niveau et régulièrement entraînés d'âge similaire. En outre, même les personnes âgées n'ayant jamais fait de sport peuvent bénéficier d'exercices de résistance comme la musculation.