...

Une déviation du septum nasal peut avoir des conséquences désagréables : sinusite chronique, difficultés respiratoires, ronflements intenses... Souvent, chez les adultes, ce défaut fait l'objet d'une correction chirurgicale pratiquée par les médecins ORL, et les résultats sont généralement perçus comme positifs. Néanmoins, l'utilité d'une telle opération restait discutée au sein même de la profession. Il est vrai que jusqu'à présent, aucune véritable recherche n'avait été menée sur les effets de la correction chirurgicale par rapport à un groupe témoin qui n'aurait, quant à lui, pas été opéré.Cette lacune est désormais comblée par des scientifiques de l'Université Radboud qui ont réalisé un essai ouvert, multicentrique, pragmatique et contrôlé randomisé dans 16 hôpitaux et deux centres hospitaliers universitaires aux Pays-Bas. Entre le 2 septembre 2013 et le 12 décembre 2016, ils ont réparti au hasard 203 adultes, âgés de 18 ans ou plus, au sein d'un groupe subissant une septoplastie avec ou sans chirurgie simultanée du cornet et d'un autre groupe de contrôle traité via un traitement médicamenteux afin de diminuer les symptômes. Les participants qui présentaient une obstruction nasale, une cloison déviée et une indication pour subir une correction chirurgicale sont venus passer un examen médical 3, 6, 12 et 24 mois après le début du traitement.Après seulement trois mois, la qualité de vie des personnes ayant subi une septoplastie, s'était déjà considérablement améliorée par rapport à l'autre groupe témoin. Elles étaient moins limitées dans leur vie quotidienne à cause de problèmes nasaux et le flux d'air à travers le nez avait augmenté. Cet effet positif était démontrable même après deux ans. Les personnes du groupe chirurgical se plaignaient moins du nez, était moins enrhumées, respiraient mieux et dormaient mieux. Tous ces effets positifs étaient à leur plus haut niveau après six mois et ont persisté jusqu'à la fin de l'étude.(référence : The Lancet, 18 juin 2019, DOI : 10.1016/S0140-6736(19)30354-X)https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(19)30354-X/fulltext