...

Il était connu que l'obésité est le principal facteur de risque de l'apnée du sommeil et, en 2014, une équipe de l'université de Pennsylvanie avait déjà montré que les patients obèses souffrant d'apnée du sommeil avaient des langues plus grandes et présentant un pourcentage plus élevé de masse graisseuse. Mais personne n'avait encore vérifié que la langue pouvait perdre du poids et soulager ainsi ces malades.La même équipe a prolongé ses travaux en suivant 67 personnes souffrant d'obésité (IMC supérieur à 30) et présentant au moins 10 apnées par heure. Tous les patients ont bénéficié d'un traitement afin de réduire leur excès pondéral, soit en adoptant un régime alimentaire strict soit par chirurgie bariatrique.Une IRM abdominale et des voies aériennes supérieures a été pratiquée avant et après l'intervention de perte de poids. La taille des voies aériennes et des tissus mous, la graisse linguale et la graisse abdominale ont été quantifiées. Les associations entre la perte de poids et les changements dans ces structures, ainsi que les relations avec les changements de l'indice d'apnée du sommeil, ont été examinées.Le Dr Schwab et ses collègues ont constaté que les patients ont perdu près de 10% de leur poids corporel, en moyenne, sur six mois. Dans l'ensemble, leurs indices d'apnée du sommeil se sont améliorés de 31% après l'intervention pour la perte de poids et cela était surtout dû à la réduction du volume de graisse de la langue.Les scientifiques ont également découvert que la perte de poids diminuait le volume du muscle ptérygoïdien et de la paroi latérale du pharynx. Ces deux changements ont également amélioré l'apnée du sommeil, mais dans une moindre mesure que la réduction de la graisse de la langue.Ces conclusions suggèrent que la graisse de la langue est une nouvelle cible thérapeutique possible pour agir sur l'apnée du sommeil.(référence : American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, 10 janvier 2020, doi : 10.1164/rccm.201903-0692OC)