...

Depuis l'essor de la cigarette électronique, de nombreuses études cherchent à déterminer s'il s'agit d'une réelle aide pour arrêter de fumer. L'équipe de Ramchandar Gomajee a suivi pendant près de deux ans 5 400 fumeurs quotidiens et 2 025 anciens fumeurs appartenant à la cohorte Constances, une vaste enquête de santé publique française qui suit 200 000 volontaires âgés de 18 à 69 ans. Les analyses ont été effectuées du 8 février 2017 au 15 octobre 2018.A l'issue de la période observée, les fumeurs-vapoteurs fumaient en moyenne 4,4 cigarettes de moins par jour, alors que les fumeurs n'utilisant pas la e-cigarette n'avaient, eux, diminué leur consommation quotidienne que de 2,7 cigarettes. Par ailleurs, les vapoteurs étaient 67% plus nombreux à avoir essayé d'arrêter de fumer au moins une fois. Ceux qui utilisaient ce dispositif depuis plus d'un an étaient même deux fois plus nombreux à avoir tenté un arrêt du tabac. Le dispositif électronique aiderait donc bien à réduire la consommation. En revanche, dans le groupe des ex-fumeurs, le recours à la cigarette électronique est associé à une probabilité plus élevée de rechute. En effet, dans ce groupe, ceux qui vapotaient avaient 70% de risque en plus de retomber dans leur addiction.Cette étude de cohorte suggère que l'utilisation quotidienne de cigarettes électroniques semble être utile pour amorcer le renoncement au tabac mais elle ne permet pas de conclure que le vapotage est efficace pour arrêter durablement la cigarette. (référence : JAMA, 15 juillet 2019, doi : 10.1001/jamainternmed.2019.1483)