...

Cette étude a évalué le risque d'embolie pulmonaire à l'aide d'une base de données française de 60 703 patients hospitalisés pour une embolie pulmonaire post-opératoire entre 2007 et 2014. Les procédures chirurgicales concernées étaient de nature vasculaire, gynécologique, gastro-intestinale ou orthopédique, y compris un remplacement de la hanche ou du genou ou une réduction de fracture. L'âge moyen des patients était de 56,6 ans ; 58,9 % étaient des hommes et aucun n'était atteint d'un cancer ni ne présentait d'antécédents d'embolie pulmonaire. Pour tous les types de chirurgie, le risque d'embolie pulmonaire post-opératoire était le plus élevé au cours de la période suivant immédiatement l'opération (1 à 6 semaines). L'odds ratio variait de 5,24 pour la chirurgie vasculaire à 8,34 pour la chirurgie des fractures. Le risque entre 7 et 12 semaines restait élevé ; l'odds ratio variait de 2,26 pour les opérations gastro-intestinales à 4,23 pour la chirurgie des fractures. Après 18 semaines, le risque n'était cliniquement significatif pour aucune intervention chirurgicale. Les auteurs déclarent que leurs données indiquent que davantage d'études cliniques randomisées sont nécessaires afin d'évaluer si la durée du traitement anticoagulant prophylactique post-opératoire doit être prolongée et de définir la durée optimale en ce qui concerne le risque à la fois de thrombose et d'hémorragies.Source : Caron A et al. Risk of Pulmonary Embolism more than 6 weeks after surgery among cancer-free middle-aged patients. JAMA Surg. 9 octobre 2019.doi:10.1001/jamasurg.2019.3742