...

Des chercheurs canadiens ont compilé des données administratives concernant la population d'une province canadienne (Colombie-Britannique) sur une période de 10 ans (1997-2007). La définition de la BPCO était la suivante : 3 prescriptions liées à la BPCO chez un sujet de plus de 50 ans. L'exposition aux ICS a ensuite été subdivisée statistiquement en 5 groupes, en fonction du temps : "déjà" exposé, durée cumulative de l'utilisation des ICS, dose cumulative, durée cumulative pondérée de l'utilisation et dose cumulative pondérée. En tout, 39 676 patients répondaient aux critères d'inclusion. L'âge moyen était de 70,7 ± 11,1 ans et on comptait 53 % de femmes. Au cours de la période étudiée, on a noté 2,5 % de cas de cancer du poumon. Dans les 5 groupes exposés, l'exposition aux ICS était associée à une diminution du risque de diagnostic de cancer du poumon. Dans le groupe "déjà" exposé, la réduction du risque atteignait 30 % (HR 0,70 ; 0,61-0,80). Cette étude de population suggère donc que l'utilisation d'ICS réduit le risque de cancer du poumon chez les patients atteints de BPCO.Raymakers AJ et al. Inhaled corticosteroids and the risk of lung cancer in chronic obstructive pulmonary disease (COPD): a population-based cohort study. Eur Respir J 2019, published online April 7. DOI: 10.1183/13993003.01257-2018