...

Tomber de vélo avec un casque, avoir un accrochage avec un autre véhicule, ou encore faire une chute sur les pistes de ski : même s'ils sont mineurs, ces accidents peuvent marquer les personnes qui en sont victimes. En provoquant une légère commotion cérébrale, ils peuvent non seulement occasionner une perte momentanée de l'odorat, mais aussi générer des troubles anxieux.Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs de l'étude ont comparé 20 patients hospitalisés ayant subi une légère commotion cérébrale à la suite d'un accident de ski à 22 patients ayant subi une fracture d'un membre, mais sans commotion cérébrale. 24 heures après l'accident, les chercheurs leur ont demandé d'identifier des odeurs synthétiques de rose, d'ail, de clou de girofle ou encore de solvant et autres au moyen de feutres parfumés. Conclusion ? Un peu plus de la moitié (55%) des victimes d'une commotion cérébrale légère présentent des signes d'hyposmie, contre seulement 5% des patients ayant des os fracturés.Un an plus tard, les participants ont répondu à un questionnaire et ont à nouveau senti des odeurs synthétiques. En comparant les résultats des deux groupes de patients le lendemain de leur blessure et 12 mois plus tard, les chercheurs ont pu déterminer que la plupart de ceux qui avaient perdu le sens de l'odorat l'avaient recouvré dans les six mois suivant leur accident. En revanche, les symptômes d'anxiété étaient toujours présents : 65% des victimes de commotion cérébrale mineure ont ainsi déclaré avoir des pensées qui les inquiétaient, des difficultés à se détendre et des sentiments soudains de panique.Pour les auteurs, l'identification du problème est un grand pas vers un traitement personnalisé et un suivi plus étroit visant à vérifier si la perte olfactive et l'anxiété persistent, de façon à mesurer la gravité du traumatisme. Les médecins devraient aussi éduquer les patients afin que ceux-ci vérifient si des symptômes apparaissent dans les semaines suivant leur accident. (référence : Brain Injury, 21 juin 2019, doi : 10.1080/02699052.2019.1631486)https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/02699052.2019.1631486?journalCode=ibij20