...

Alors que les élèves retrouvent le chemin de l'école et que les nombre de contaminations par le SARS-CoV-2 repart à la hausse, cette rentrée scolaire inquiète autant les scientifiques que certains parents et enseignants. Bonne nouvelle néanmoins : si on en croit les résultats d'une étude écossaise il semble que les enseignants n'encourent pas un surrisque.Les chercheurs ont entrepris de comparer le risque d'être hospitalisé avec la Covid-19 et de faire une forme sévère de la maladie chez les enseignants et les membres de leur ménage, globalement et par rapport aux agents de santé et aux adultes en âge de travailler dans la population générale. Pour y parvenir, ils ont réalisé une vaste étude cas-témoins basée sur la population, durant la période allant de mars 2020 à juillet 2021, avec deux épisodes de fermeture (été 2020 et hiver 2020/2021), deux autres d'ouverture complète (automne 2020 et été 2021) et une de réouverture progressive (printemps 2021).Ont été inclus 132 420 cas de Covid-19 chez des adultes âgés de 21 à 65 ans et un échantillon aléatoire de 1 306 566 témoins appariés sur l'âge, le sexe et les bonnes pratiques. Les adultes enseignant activement dans une école écossaise ont été identifiés par le General Teaching Council for Scotland, et les membres de leur ménage grâce au numéro de référence unique de la propriété. Les groupes de comparaison étaient des adultes identifiés comme des travailleurs de la santé en Écosse, les membres de leur ménage et le reste de la population générale en âge de travailler. La plupart des enseignants étaient jeunes (moyenne d'âge de 42 ans), des femmes (80%) et n'avaient aucune comorbidité (84%). Au cours de la période d'étude, le risque global d'admission à l'hôpital avec Covid-19 est resté inférieur à 1% pour les enseignants, les travailleurs de la santé et les adultes en âge de travailler dans la population générale.Au cours de cette même période d'étude, après ajustement pour différents critères (âge, sexe, race, comorbidités, etc.), le risque d'hospitalisation avec Covid-19 était 77% inférieur et celui de Covid-19 sévère 56% inférieur pour les enseignants que pour la population générale.Lors de la première période de réouverture des écoles, à l'automne 2020, le ratio de taux d'admission à l'hôpital chez les enseignants était de 20% supérieur et celui de Covid-19 sévère de 45% inférieur. Les résultats correspondants pour les membres du ménage des enseignants étaient de 9% et 27% inférieurs, et pour les travailleurs de la santé faisant face aux patients de 108% et 126% supérieurs. Des risques similaires ont été observés pour les enseignants quand les écoles ont rouvert à l'été 2021. Ces valeurs étaient plus élevées que celles observées au printemps/été 2020, lorsque les écoles étaient pour la plupart fermées. On retiendra surtout que pendant les fermetures, le risque d'hospitalisation pour les enseignants est environ la moitié de celui de la population générale en âge de travailler et qu'il augmente de 2,4 fois pendant l'automne 2020, quand les écoles sont à nouveau ouvertes, atteignant ainsi le niveau de risque de la population générale. Aucune augmentation concomitante du risque relatif de Covid-19 sévère chez les enseignants et les membres de leur famille n'a été observée au cours des deux périodes d'ouverture en comparaison avec la population générale. Comme il s'agit d'une étude observationnelle et qu'elle ne peut donc pas établir la cause, il n'est pas possible de dire pourquoi les enseignants ne sont pas plus à risque que l'adulte moyen en âge de travailler. Les résultats obtenus devraient néanmoins intéresser et rassurer les enseignants, les membres de leur famille, les décideurs politiques et la population en général.(référence : British Medical Journal, 2 septembre 2021, doi : 10.1136/BMJ.N2060)