...

Les scientifiques se demandent depuis longtemps ce qui détermine la variabilité de la durée de vie. La génétique en fait partie. L'environnement aurait également un impact. Mais l'un et l'autre n'expliquent pas tout.En examinant un type de ver rond appelé C. elegans, un organisme à courte vie considéré comme un modèle précieux pour la recherche sur le vieillissement, en partie parce que chaque mère hermaphrodite produit des centaines de descendants génétiquement identiques, des chercheurs américains et chinois ont épinglé d'autres facteurs aléatoires. Même si les descendants sont maintenus dans un même environnement, leur durée de vie varie en effet de manière surprenante. Certains vers ne vivent que trois jours alors que d'autres se déplacent encore avec bonheur après 20 jours. Pourquoi un tel écart de vie.Les auteurs ont trouvé une partie de la réponse quand ils ont découvert que, pendant le développement, chaque vers C. elegans produit une quantité très variable d'espèces réactives de l'oxygène (ROS). Ces ROS sont des oxydants que chaque organisme respirant de l'air produit. Ils sont étroitement associés au vieillissement et les dommages oxydatifs qu'ils provoquent sont ce que de nombreuses crèmes anti-âge prétendent combattre.Ursula Jakob et ses collègues ont découvert qu'au lieu d'avoir une durée de vie plus courte, les vers produisant plus de ROS au cours de leur développement vivent en réalité plus longtemps. Lorsqu'ils ont exposé l'ensemble de la population de vers juvéniles à des ROS externes au cours de leur développement, la durée de vie moyenne de l'ensemble de la population a augmenté.Bien que les chercheurs ne sachent pas encore ce qui déclenche l'événement de stress oxydatif au cours du développement, ils ont été en mesure de déterminer quels processus prolonge la durée de vie de ces vers. En séparant ceux qui produisent de grandes quantités de ROS de ceux qui en produisent peu, ils ont identifié la principale différence entre les deux groupes : un modificateur de l'histone dont l'activité dépend des conditions de stress oxydatif. Ils ont aussi constaté que la production temporaire de ROS au cours du développement entraîne des changements du modificateur de l'histone au début de la vie du ver. Il reste à identifier si ces changements persistent tout au long de la vie et comment ils la prolongent. "L'idée générale selon laquelle les événements du début de la vie ont des effets aussi profonds et positifs plus tard dans la vie est vraiment fascinante," commente Ursula Jakob.(référence : Nature Communications, 4 décembre 2019, doi : 10.1038/s41586-019-1814-y)