...

L'étude observationnelle multicentrique ONCOVID-19 a été lancée en mars 2020 afin d'observer les caractéristiques et l'évolution de l'état de santé des patients en cours de traitement contre le cancer et présentant des symptômes cliniques évocateurs du Covid-19, que le test PCR soit positif ou négatif.Le diagnostic de Covid-19 a été confirmé par la mise en évidence du SARS-CoV-2 en RT-PCR (test répété deux fois si le premier était négatif) et/ou des images spécifiques en tomodensitométrie."En pleine période de crise sanitaire, il était urgent de comprendre les effets de ce nouveau virus sur les patients cancéreux pour les protéger et pouvoir notamment maintenir les traitements contre le cancer," explique Souad Assaad, médecin interniste et onco-hématologue.Entre le 1er mars et le 21 mai 2020, 18 centres de cancérologie et 5 centres hospitaliers français ont recruté 1 230 patients cancéreux atteints de tumeur solide ou hématologique, dont 1 162 (94,5%) répondant aux critères d'inclusion. Parmi eux, 425 (36,6%) étaient positifs au coronavirus dont 155 (13,3%) diagnostiqués uniquement par tomodensitométrie, tandis que 737 (63,4%) étaient négatifs. Ce sont les données de ces deux groupes distincts qui ont été analysées.Le décès au jour 28 après le premier test Covid est survenu chez 116 (27,8%) des 425 patients testés positifs et chez 118 (16,3%) des 737 patients testés négatifs. Avec un suivi médian de 2,1 mois, 310 (26,7%) décès ont été signalés dont 143 (33,6%) dans la population Covid-19 positive, et 167 (22,7%) chez les patients Covid-19 négatifs. De plus, près de 97% des patients testés positifs ont dû être hospitalisés dans le cadre de cette maladie.Les premiers résultats montrent que les patients atteints de cancer sont plus fragiles lorsqu'ils sont touchés par le Covid-19 et présentent un risque de mortalité plus important et plus précoce. "Ils doivent donc être surveillés attentivement," assure le Pr Jean-Yves Blay.Cette étude a aussi permis d'identifier des facteurs associés à un risque de mortalité plus élevé chez les patients atteints de cancer et positifs au coronavirus : le sexe masculin, l'âge, le statut métastatique, la lymphopénie, les antécédents de maladie inflammatoire ou auto-immune nécessitant des traitements immunosuppresseurs, le diagnostic de Covid-19 et le diabète.(référence : British Journal of Cancer, 16 juin 2021, doi : 10.1038/s41416-021-01452-4)