...

Cette étude se base sur les données d'une enquête fédérale américaine sur la santé et la nutrition. Elle inclut 2 180 adultes (âge ≥ 25 ans). Parmi ceux-ci, 462 parents sont identifiés comme célibataires, dont 356 (74,9%) sont des femmes. La monoparentalité est définie comme le fait d'avoir un enfant de moins de 18 ans à la maison et un état matrimonial autre que marié ou vivant avec un partenaire.Les chercheurs ont analysé leur risque cardiaque selon le Life Simple 7 (LS7) de l'American Heart Association, une mesure courante de santé cardiovasculaire qui prend en compte sept indicateurs (statut tabagique, IMC, activité physique, alimentation, cholestérol, tension artérielle et glycohémoglobine). Chaque parent s'est vu attribuer un score sur une échelle de 14 points. Parmi les membres de la cohorte, 1782 (82%) ont eu des scores LS7 complets. Les parents seuls sont plus susceptibles d'avoir une faible activité physique, de l'hypertension artérielle et du tabagisme que ceux des ménages biparentaux. La différence entre le tabagisme et la tension artérielle est plus prononcée lorsque l'on compare les mères célibataires à celles des ménages biparentaux. Les parents seuls ont une probabilité 1,6 fois plus élevée d'avoir une santé cardiovasculaire moins bonne que les parents en couple, en tenant compte de l'âge, du sexe et de la race.Selon les auteurs, leurs résultats "font de la monoparentalité un problème de santé publique potentiellement important." "Je pense que nous devons faire plus pour réaliser que les pères et les mères célibataires sont stressés, que cela affecte leur santé et qu'ils ont besoin de notre aide," a déclaré le Dr Natalie Stokes, chercheur en cardiologie de l'Université de Pittsburgh.(référence : American Heart Association, 13 novembre 2020)