...

Les chercheurs commencent tout juste à explorer les symptômes oraux ressentis par les patients Covid-19, tels que la perte de goût et la sécheresse persistante de la bouche. Malgré les signes d'infection, l'implication de la cavité buccale dans la Covid-19 reste mal comprise. Pour résoudre ce problème, une équipe de l'Université de Caroline du Nord a intégré des ensembles de données de séquençage d'ARN unicellulaire à partir des glandes salivaires mineures humaines et de la gencive pour identifier 11 groupes de cellules épithéliales, 7 mésenchymateuses et 15 cellules immunitaires.Les scientifiques rapportent les résultats préliminaires d'un essai clinique portant sur 40 sujets atteints de Covid-19. Cet essai a révélé que les cellules épithéliales de la muqueuse buccale peuvent en effet être infectées par le SARS-CoV-2. S'appuyant sur des cartes d'identité des cellules orales, les chercheurs ont examiné les zones de la bouche infectées par le virus. Ils ont étudié les tissus buccaux présentant les niveaux les plus élevés d'ACE2, le récepteur qui aide le coronavirus à saisir et à envahir les cellules humaines. Sur la base de l'expression de l'ACE2 et de l'analyse du tissu de cadavres, ils ont pu déterminer que les sites d'infection les plus probables dans la bouche sont les glandes salivaires, la langue et les amygdales.Autre enseignement majeur de cette étude préliminaire : la quantité de virus dans la salive des patients est positivement corrélée aux changements de goût et d'odeur. "L'infection des cellules de la bouche par le SARS-CoV-2 pourrait entraîner des changements dans la production ou la qualité de la salive, ce qui expliquerait le symptôme de la perte de goût rencontré par de nombreux malades de la Covid," a expliqué le Dr Kevin Byrd.Lors de la récupération, les patients de cette cohorte ont par ailleurs présenté des anticorps salivaires contre les protéines SARS-CoV-2.Tous ces résultats fournissent des preuves supplémentaires du rôle de la salive dans la Covid-19. L'infection, en particulier dans la bouche, peut permettre au coronavirus de se propager à l'intérieur. L'étude montre que le SARS-CoV-2 peut s'installer dans les glandes salivaires où il se réplique et, dans certains cas, conduit à une prolongation de la maladie lorsque la salive infectée est avalée dans le tractus gastro-intestinal ou aspirée vers les poumons où elle peut entraîner une pneumonie. Le SARS-CoV-2 peut également être transmis à d'autres personnes lorsque celle qui est infectée dans la bouche respire, parle et tousse."Nos résultats suggèrent que l'infection buccale par le coronavirus est peut-être sous-estimée," a ajouté le Dr Byrd. "Comme l'infection nasale, elle pourrait être à l'origine de la propagation asymptomatique qui rend cette maladie si difficile à contenir."Alors que la plupart des recherches sur la Covid-19 se sont concentrées sur le nez et les poumons, il s'agit de la première étude à identifier la bouche comme un site principal d'infection par coronavirus, ce qui renforce l'importance de porter un masque facial et de se distancier physiquement.(référence : medRxiv, 27 octobre, doi : 10.1101/2020.10.26.20219089)