...

Quel est le risque de transmission de SARS-Cov-2 et donc de contamination lors d'un voyage en train ? Pour y répondre à cette question, des chercheurs britanniques et chinois ont analysé les données d'itinéraire et d'infection anonymisées relatives aux passagers des trains sur le réseau de trains à grande vitesse en Chine, couvrant une période comprise entre le 19 décembre 2019 et le 6 mars 2020, et incluant 2 334 patients infectés au moment du voyage et 72 093 contacts étroits. Les temps de trajet allaient de moins d'une heure à huit heures.Les scientifiques ont modélisé un wagon de train qui prend en compte la position assise des passagers par rapport à celle d'une personne infectée.Cette modélisation a montré que le taux d'infection parmi les passagers à moins de trois rangées (en largeur) et moins de cinq colonnes (en longueur) d'une personne infectée varie de 0 à 10,3% (moyenne de 0,32%). Sans surprise, c'est pour les voisins directs de la personne contaminée que le pourcentage est le plus élevé : 3,5% en moyenne. Il retombe à 1,5% en moyenne pour les passagers assis dans la même rangée.Le taux d'infection diminue avec la distance, mais augmente avec le temps du trajet.Autre constat, le taux d'attaque pour chaque siège - soit le nombre de passagers dans un siège donné ayant reçu un diagnostic de Covid-19, divisé par le nombre total de passagers voyageant dans le même siège - augmente en moyenne de 0,15% par heure passée dans ce siège. Pour les passagers occupant des sièges adjacents, ce taux d'augmentation est plus élevé : 1,3%/heure.Fait intéressant, le risque de contracter le virus en utilisant le siège précédemment occupé par une personne infectée ne s'élève qu'à 0,075%.En conclusion, pour le Dr Shengjie Lai, auteur principal, "il existe un risque accru de transmission du coronavirus dans les trains, l'emplacement du siège d'une personne et le temps du trajet par rapport à une personne infectieuse pouvant faire une grande différence."Pour les chercheurs, ces résultats révèlent aussi l'importance en période d'épidémie, lors de trajets en transports en commun, d'augmenter la distance entre les sièges, de réduire la densité de passagers et de promouvoir des mesures d'hygiène personnelle, le port du masque, et éventuellement des contrôles de température avant l'embarquement. (référence : Clinical Infectious Diseases, 29 juillet 2020, doi : 10.1093/cid/ciaa1057)