...

Les données émanent d'une équipe danoise et finlandaise qui a analysé le devenir de 6.689 sujets chez qui un diagnostic de maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique avait été posé avant leur 18 ans. Dans le cadre d'une médiane de suivi de 9,6 ans et sur une population dont l'âge médian était alors de 22,3 ans, les investigateurs ont repéré 72 cas de cancers et 65 décès. La plupart des cancers concernaient l'intestin (grêle et colon), mais il y avait aussi des cas de lymphomes et de mélanomes cutanés. Par rapport à la population générale, les patients avec un diagnostic de rectocolite hémorragique posé pendant l'enfance le risque de cancer est 2,5 fois plus élevé et le risque de décès 3,7 fois plus élevé. Pour le diagnostic de maladie de Crohn pendant l'enfance, le risque de cancer est 2,6 fois plus élevé et celui de décès 2,2 fois plus élevé.Les principales causes de décès sont le cancer, le suicide et les infections.Ces résultats soulignent l'importance d'une vigilance particulière concernant le développement de cancer chez les jeunes patients atteints de MICI. En outre, le risque accru de suicide documenté dans l'étude souligne la nécessité de l'évaluation de la santé mentale de ces jeunes patients.M Malham et al. Aliment Pharmacol Ther. 2019 May 8. [Epub ahead of print]. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/apt.15258