...

C'est l'analyse d'un certain nombre de données de la cohorte NHANES (2009-2010) sur la santé et la nutrition qui a permis de rapprocher les données de santé intestinale de 5 126 patients de leurs données d'IMC. Ces patients étaient âgés d'au moins 20 ans et n'avaient pas signalé d'antécédents de syndrome du côlon irritable, de maladie coeliaque ou de cancer du côlon. En fonction de leur IMC, 70 participants (1,40%) avaient un poids insuffisant, 1 350 (26,34%) un poids normal, 1731 (33,77%) étaient en surpoids, 1 097 (21,40%) étaient obèses et 878 (17,13%) étaient gravement obèses.Après avoir contrôlé les facteurs liés à l'alimentation, à l'activité physique, au diabète, à l'utilisation de laxatifs et à la démographie, l'équipe a découvert que jusqu'à 8,5% des obèses et 11,5% des obèses sévères avaient une diarrhée chronique, contre 4,5% des individus de poids normal. Les personnes obèses ou gravement obèses avaient ainsi 60% de chances en plus d'avoir eu une diarrhée chronique.Selon les auteurs, les cliniciens doivent être conscients de la relation entre l'obésité et la diarrhée, en particulier en raison de l'impact négatif potentiel des troubles intestinaux sur la qualité de vie. Ils considèrent en outre que la gestion de l'obésité et de ses comorbidités passe par une approche multidisciplinaire. (référence : Aletary Pharmacology & Therapeutics, 18 septembre 2019, doi : 10.1111/apt.15500)