...

Des recherches ont déjà montré que les personnes atteintes de maladies psychiques, particulièrement de dépression et de schizophrénie, ont plus de risque d'être infectées par le SARS-Cov-2. Un diagnostic de spectre de schizophrénie, de troubles de l'humeur ou d'anxiété ne serait-il pas aussi associé à un risque accru de mortalité chez les patients Covid-19 ?Afin de répondre à cette question, des scientifiques américains ont évalué 7 348 adultes (âge moyen de 54 ans et 53% de femmes) testés positifs. Les participants ont été suivis durant 45 jours après confirmation du diagnostic entre le 3 mars et le 31 mai 2020 dans un grand système médical universitaire à New York. La date finale de suivi était le 15 juillet 2020. Les patients sans dossier médical disponible avant le test ont été exclus.Parmi les patients éligibles, 75 (1,0%) avaient des antécédents de maladie du spectre schizophrénique, 564 (7,7%) des antécédents de trouble de l'humeur et 360 (4,9%) des antécédents de trouble anxieux. Leurs données ont été comparées à celle d'un groupe de référence sans trouble psychiatrique diagnostiqué.Après ajustement pour les facteurs de risque démographiques et médicaux, les chercheurs constatent que les patients atteints de schizophrénie sont environ 2,7 fois plus susceptibles de succomber du coronavirus mais ils n'ont pas trouvé d'association entre l'anxiété ou les troubles de l'humeur et les décès liés à la Covid-19. En comparaison, les patients souffrant d'insuffisance cardiaque ou de diabète ont un risque 1,65 fois et 1,28 fois plus élevé de mourir de Covid-19.La magnitude de ces résultats a surpris les auteurs eux-mêmes et fait de la schizophrénie le deuxième facteur de risque de décès face à la Covid-19, après l'âge."La schizophrénie, ou peut-être ses traitements, pourraient perturber le système immunitaire provoquant la fameuse tempête de cytokines qui entraîne le décès des patients," commente le Pr Donald Goff qui plaide pour de plus amples recherches.(référence : JAMA Psychiatry, 27 janvier 2021, doi : 10.1001/jamapsychiatry.2020.4442)