...

Cet essai randomisé, mené dans 30 hôpitaux de 8 pays, a évalué versus placebo l'impact d'une vaccination antigrippale administrée dans les 72 heures suivant l'admission de sujets faisant un infarctus ou l'hospitalisation de coronariens stables pour intervention coronaire percutanée. Le critère d'évaluation principal regroupait décès toutes causes, infarctus ou thrombose de stent après 1 an. La pandémie Covid-19 a contraint à l'arrêt de l'essai en avril 2020 après le recrutement de 2.571 patients (58% de l'objectif ; âge moyen 60 ans ; 18% de femmes). Dans le cadre des 4 saisons grippales couvertes (octobre 2016 à février 2020), le critère principal est survenu chez 67 patients (5,3%) du bras vaccin et chez 91 (7,2%) du bras placebo (HR 0,72 ; IC 95% 0,52-0,99 ; p=0,040). Ce résultat s'explique surtout par la baisse des décès toutes causes (vaccin 2,9% [n=37], placebo 4,9% [n=61], HR 0,59 ; IC 95% 0,39-0,89 ; p=0,010) et particulièrement des décès cardiovasculaires (vaccin 2,7% [n=34], placebo 4,5% [n=56], HR 0,59 ; IC 95% 0,39-0,90 ; p=0,014). Pas de différence en revanche pour les infarctus (vaccin 2,0% [n=25], placebo 2,4% [n=29], HR 0,86 ; IC 95% 0,50-1,46 ; p=0,57). Des résultats faisant donc envisager la vaccination antigrippale dans le cadre du traitement hospitalier des infarctus et soulignant son importance pour tous les coronariens. A bon entendeur... D'après la présentation en session Hotline de Ole Fröbert IAMI: Influenza vaccination After Myocardial Infarction randomised trial. https://www.youtube.com/watch?v=8a61PnQybs4