...

Ces résultats émanent d'une analyse rétrospective des dossiers de quelque 20.000 diabétiques de type 2 récemment diagnostiqués résidant en Ecosse et pour lesquels au moins 5 mesures d'HbA1c étaient disponibles. L'évaluation a été faite sur un composite regroupant le classique MACE-3 (décès cardiovasculaire, infarctus et AVC ischémique non mortels), chacun de trois items du MACE-3 pris séparément, la mortalité globale, l'insuffisance cardiaque, la rétinopathie, la neuropathie périphérique, la néphropathie et le pied diabétique. L'objectif était de voir si indépendamment du taux moyen d'HbA1c lors du diagnostic et en cours de suivi, le pronostic était influencé par les fluctuations de l'équilibre glycémique évaluée via un score individuel de variabilité de l'hémoglobine glyquée (HVS) correspondant au pourcentage du nombre de variations de l'HbA1c > 0,5% par rapport à la mesure précédente sur l'ensemble des mesures d'HbA1c disponibles pour le patient d'intérêt. Les patients ont été répartis en quintiles croissants de variabilité par tranche de 20%, le quintile le plus faible (0 à 20%) servant de référence. Les résultats montrent que par rapport à ce quintile, les patients des quintiles de plus de 60% (60 à 80% et 80 à 100%) présentent un risque significativement majoré de survenue de la totalité des événements du critère principal. Pour le quintile 80-100%, les investigateurs rapportent un risque 2,4 fois plus élevé de MACE-3, de décès toutes causes et de décès cardiovasculaire. Le risque d'infarctus est multiplié par 2,6, le risque d'AVC par 2, le risque de défaillance cardiaque, de neuropathie périphérique et de défaillance rénale par 3 et les risques d'ulcère du pied et de rétinopathie sont respectivement 5 et 7 fois plus élevés. Ces résultats sont confirmés après ajustement sur le niveau initial d'HbA1c et son niveau moyen année par année, ce qui signifie donc qu'une variabilité élevée de l'HbA1c est associée à un risque accru de mortalité toutes causes, d'événements cardiovasculaires majeurs et d'atteintes microvasculaires du diabète, indépendamment de l'exposition cumulée à un taux élevé d'HbA1c. Les investigateurs concluent que des taux d'HbA1c très variables devraient être considérés comme un facteur de risque majeur de résultats défavorables, y compris en cas de taux moyens d'HbA1c pas trop élevés. Association n'étant pas causalité, reste maintenant à démontrer qu'une réduction de cette variabilité conduirait à une réduction du risque. D'après S Li et al. EASD 2019. PS103-1190.