...

Une randomisation 2:1 a alloué des DT2 (diabétiques de type 2) à un régime sans restriction calorique,• soit pauvre en glucides, RPG = max 20% des apports énergétiques (AE) en glucides (n=49),• soit standard contrôle, RSC = 50 à 60% des AE en glucides,(n=22). Pendant les 6 mois de l'étude, les DT2 devaient maintenir stable leur traitement antidiabétique (hors insuline) et leur niveau d'activités physiques.Dans le bras RPG l'apport en glucides a diminué à 13,4% des AE et l'apport en graisses a augmenté à 63,2% des AE, soit respectivement environ -31% et +31% par rapport au bras RSC (p< 0,001 pour toutes les comparaisons). Par rapport au bras RSC, il est rapporté dans le bras RPG une réduction significative de l'HbA1c (critère pour lequel le plan statistique a été conçu) présente dès le mois 3 et persistante à 6 mois. Exprimée en valeur absolue, à 6 mois l'HbA1C a diminué de 1 point dans le bras RPG (7,1%->6,1%) et de 0,3 point dans le bras RSC (7,3%->7,0%).Toujours par rapport au bras RSC il est observé dans le bras RPG une réduction plus importante du poids (3,9±1,0 kg), de l'IMC (1,4±0,4 kg/m2), du tour de taille (4,9±1,3 cm), de la masse grasse totale (2,2±1,0 kg) et de la masse maigre (1,3±0,6 kg), mais avec amélioration du rapport masse maigre/masse grasse (+1,2% ± 0,6%). Il n'y avait en revanche pas de modification du profil lipidique ou tensionnel. A total une étude montrant d'une part qu'un RPG riche en graisses sans restriction calorique semble une approche nutritionnelle efficace et sûre (effets bénéfiques sur le contrôle glycémique et la composition corporelle et absence d'effets négatifs les facteurs de risque cardiovasculaire des DT2) et d'autre part que le maintien d'une ration glucidique normale est envisageable, au motif que l'on prend des antidiabétiques, n'est sans doute pas la meilleure attitude. D'après EM Gram-Kampmann et al. Diabetes Obes Metab. 2022 Jan 04. Online ahead of print. https://doi.org/10.1111/dom.14633