...

Au total, 19 sujets ont été recrutés. Ils ont été informés qu'ils pourraient décider de ce qu'ils mangeraient et en quelle quantité, mais à condition que toute la consommation de nourriture se fasse au cours d'une plage continue de 10 heures. À la fin des 12 semaines de l'étude, la réduction moyenne de leur poids et de leur IMC était de 3% et leur quantité de graisse abdominale/viscérale avait également diminuée de 3%. Cet amaigrissement allait de pair avec des améliorations du cholestérol, de la tension artérielle et de la glycémie à jeun, ce qui a permis de revoir à la baisse voire d'arrêter certains traitements. Il a été constaté que, globalement, les sujets prenaient leur petit-déjeuner plus tard (environ 2 h après leur réveil) et leur dîner plus tôt (environ 3 h avant le coucher). A noter que 70% des participants ont signalé un sommeil meilleur ou plus prolongé. Cerise sur le gâteau, les participants ont déclaré que cette façon de faire était plus facile que de compter les calories ou de se lancer dans un programme d'exercice. Et preuve de ce qu'ils disaient, plus des deux tiers d'entre eux ont continué la restriction temporelle des prises alimentaires jusqu'à un an après la fin de l'étude, au moins une partie du temps. Sur base de cette étude pilote, les investigateurs ont débuté un essai clinique randomisé contrôlé, financé par l'Institut national du diabète, des maladies du système digestif et du rein (NIDDK) et qui devrait concerner plus de 100 sujets. MJ Wilkinson et al. Cell Metab 2019 Dec 5. [Epub ahead of print] https://www.cell.com/cell-metabolism/fulltext/S1550-4131(19)30611-4